Massacre à Djénine

La farouche et sanglante bataille qui opposait depuis une semaine l’armée israélienne à plusieurs centaines de Palestiniens armés dans le camp de réfugiés de Djénine, dans le nord de la Cisjordanie, a cessé mercredi.
« La bataille est terminée », a annoncé un responsable local du mouvement intégriste Hamas, Djamal Abou Al Haïdja, dans une communication téléphonique établie à partir du centre du camp avec un envoyé spécial de Reuters. « Il y a un grand nombre de martyrs. Il y a eu beaucoup d’arrestations.
Les israéliens contrôlent tout et il n’y a plus de combat », a-t-il précisé en ajoutant que les combats avaient cessé faute de vivres et de munitions.
« En ce moment même, des centaines de palestiniens, dont des palestiniens armés, se rendent aux forces israéliennes au camp de réfugiés de Djénine », a confirmé unorte-parole de Tsahal.
L’armée a ajouté que le calme était revenu au lendemain de l’embuscade qui a coûté la vie à 13 de ses soldats, la plus meurtrière depuis le début de l’Intifada, il y a 18 mois. Mais, une semaine après le début de l’invasion de Tsahal dans le camp d’environ 15.000 habitants pour le « nettoyer » des « terroristes », des témoins y ont encore entendu mercredi des explosions et tirs sporadiques.
De la fumée s’élevait de la zone et des secouristes qui ont pu y pénétrer rapportent que des bulldozers israéliens ont rasé ou fait sauter un certain nombre d’habitations. Chef du Dijhad abattu un palestinien habitant face au camp, Djamal Al Mani, a raconté que les soldats démolissaient les habitations après avoir signifié à leurs occupants qu’ils le feraient même s’ils n’en sortaient pas.
Les habitants ainsi chassés sont regroupés dans le nord du camp en vue d’être déplaccés vers un village voisin, a-t-il raconté par téléphone.
Selon Abou Haïdja, « les soldats israéliens progressent de pâté de maisons en pâté de maison, de maison en maison, arrêtant ou tuant ceux qu’ils recherchent ».
Les forces israéliennes estiment avoir tué une centaine de palestiniens depuis leur entrée il y a une semaine dans ce camp où elle ont rencontré la plus vive résistance de toute leur opération de « nettoyage » des villes autonomes. De source palestinienne, on affirme que la plupart des victimes sont des civils, bien qu’Israël ait dit faire attention à ne pas s’en prendre à la population désarmée.
De même source, on reconnaît que certains activistes notoires ont également été abattus, comme ce fut le cas mercredi du chef de l’aile militaire du Djihad islamique, Mahmoud Taoualbah.
Aucun de ces chiffres ou récits n’était recoupable de source indépendante car, comme les autres zones réoccupées de Cisjordanie, Djénine est déclarée zone militaire fermée.
La presse n’y a pas accès. Selon les employés des agences de l’ONU, Tsahal a également empêché des ambulances de rentrer dans le camp pour évacuer les morts et les blessés. Israël affirme que les ambulances transportent des combattants et des armes, mais ces accusations sont fermement démenties par les organisations humanitaires palestiniennes.

• Waël Al Ahmad (Reuters)

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *