Mauritanie : liberté provisoire pour huit jihadistes présumés

La Cour suprême mauritanienne a rendu, jeudi, un arrêt accordant une mise en liberté provisoire à 8 salafistes jihadistes accusés de lien avec le GSPC algérien et d’appartenance à une organisation extrémiste non autorisée (le Groupe mauritanien pour la prédication et le jihad, GMPJ). La cour avait confirmé pour les 8 détenus islamistes un arrêt rendu il y a quelque mois par la cour d’appel au tribunal de Nouakchott accordant la mise en liberté provisoire à 21 présumés salafistes, dont trois se sont évadés de la prison en fin avril dernier.
Elle a renvoyé le dossier des 21 prévenus pour être jugés par la cour criminelle de Nouakchott, mais sans fixer de date pour la tenue du procès.
Les 8 bénéficiaires de la mesure de liberté provisoire devront, selon la loi, retourner en prison à la veille du procès et devaient, avant de quitter la prison, jeudi, fournir une "garantie d’amener" et payer une caution
de 5000 ouguiyas (200 DH), a expliqué l’un des avocats de la défense. Ce groupe de salafistes jihadistes présumés avait été arrêté en avril 2005 et inculpé.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *