Michelin-Algérie a rapatrié en France les familles de ses cadres

La compagnie française Michelin-Algérie a annoncé samedi avoir rapatrié, il y a une semaine, les familles de ses cadres à "titre préventif" à la suite de menaces d’Al Qaïda sur les intérêts français. Le 20 septembre, le numéro deux d’Al Qaïda, Ayman al-Zawahiri, avait appelé dans une vidéo mise en ligne à soutenir la branche d’Al Qaïda au Maghreb islamique (ex-GSPC algérien) et à "débarrasser" le Maghreb des Français et Espagnols installés dans les anciennes colonies d’Afrique du Nord. Ce rapatriement a été décidé «suivant une procédure propre au groupe, après appréciation de la situation sécuritaire», selon un communiqué du groupe qui précise qu’il n’a reçu aucune menace terroriste directe. Michelin-Algérie souligne que seules les familles, une quarantaine de personnes, ont été rapatriées et que les cadres resteront à leur poste. Michelin, présente depuis 1963 en Algérie, est la plus ancienne entreprise française installée dans ce pays. Fermée en 1993 en raison de l’insécurité, elle a rouvert en 2002. Elle représente actuellement un investissement de 40 millions d’euros et 50% de sa production, soit 250.000 pneus, est destinée à l’exportation. Le rapatriement des familles des cadres de Michelin-Algérie intervient après celui, le 21 septembre, de deux ressortissants français travaillant à l’aéroport d’Alger pour le compte d’Aéroports de Paris (ADP) à la suite de menaces d’enlèvement par un «groupe terroriste de la mouvance d’Al Qaïda.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *