Mise en place d’aires protégées

Pour conserver et valoriser son patrimoine forestier national, le Maroc entreprend la mise en place d’un système d’aires protégées, qui englobent des écosystèmes uniques et représentatifs de la diversité biologique du pays. Le patrimoine forestier, qui couvre 12 % du territoire du Royaume, depuis le palmier aux portes du désert jusqu’au cèdre du Moyen-Atlas en passant par l’acacia, l’arganier, les chênes, pins, recèle une richesse écologique importante et abrite les deux tiers des plantes et un tiers des espèces animales. Espace riche et diversifié, le domaine forestier marocain s’étend sur une superficie de 9 millions d’hectares, dont 5,8 millions boisés. Le couvert forestier correspond à 8 % de la superficie globale du Royaume (3,2 % dans le Sud et 42 % dans le Rif). Au niveau du bassin méditerranéen, la biodiversité marocaine occupe la seconde place après celle de la région anatolienne (Turquie), avec un taux d’endémisme global de 20 %. C’est ainsi que le Haut commissariat a élaboré, dans le cadre de ce plan décennal, une stratégie pour la conservation de la faune et la flore qui a permis la définition de 10 parcs nationaux et 150 sites d’intérêts biologiques et écologiques (SIBE), a déclaré le Haut commissaire aux Eaux et Forêts et à la Lutte contre la désertification, Abdeladim El Hafi dans un entretien à la MAP. En matière de lutte contre la désertification, le Programme d’action national de lutte contre la désertification (PAN/LCD) a permis l’aménagement de bassins versants sur près de 590.000 ha ainsi que la constitution de plus d’une trentaine de coopératives pour assurer une gestion participative et consensuelle de l’espace, selon le HCEFLCD. Dans le cadre de la protection, la conservation et la mise en valeur du patrimoine forestier, qui est soumis à différentes contraintes climatiques, sociales et pastorales, le Haut commissariat des Eaux et Forêts et à la lutte contre la désertification (HCEFD) a lancé un vaste programme de reboisement à travers l’ensemble du territoire . Près de 45.000 ha d’espaces forestiers sont reboisés annuellement depuis le lancement du plan décennal 2005-2014 du HCEFD qui permettra d’atteindre les 500.000 ha traités, prévus au terme de ce programme, a indiqué M. El Hafi. Durant les deux dernières décennies, les superficies annuelles reboisées ont connu un accroissement significatif passant de 10.000 ha par an au début des années 80 à plus de 33.000 ha par an à fin 2006.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *