Moratinos refuse de dénoncer la séquestration de Mustapha Salma

Peut-on être ministre des Affaires étrangères d’un pays démocratique et s’abstenir de dénoncer une violation flagrante des droits de l’Homme ? Normalement, non.Mais le ministre espagnol des Affaires étrangères, Miguel Angel Moratinos, vient de prouver le contraire. Le 24 septembre, lors d’un point de presse organisé à sa sortie d’une rencontre avec son homologue marocain, Taïeb Fassi Fihri, le chef de la diplomatie espagnole a refusé de répondre à une question d’un journaliste sur la position de son gouvernement sur l’affaire Mustapha Salma Ould Sidi Mouloud. «No comment !», a répondu M. Moratinos.  Le ministre espagnol qui avait fair un grand tapage médiatique dans l’affaire Aminatou Haïdar, trouve sans intérêt la détention arbitraire d’un homme dont la seule «faute» a été d’adhérer à la solution de l’autonomie proposée par le Maroc. La droite espagnole semble avoir raison quand elle accuse certains membres du gouvernement socialiste de manquer de courage politique.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *