Parution : Mohamed Cherkaoui retrace les contours sociaux de l’affaire du Sahara

Parution : Mohamed Cherkaoui retrace les contours sociaux de l’affaire du Sahara

Le taux d’analphabétisme baisse de 10 points tous les dix ans et la situation des infrastructures dans les provinces sahariennes dépasse de loin la majorité des autres régions marocaines. Ces deux éléments figurent parmi les constats établis par l’auteur du livre «Le Sahara, liens sociaux et enjeux géostratégiques» qui vient de paraître aux éditions «The Bardwell Press, Oxford». Mohamed Cherkaoui, qui a présenté son œuvre, le lundi 29 octobre à Casablanca, a traité l’affaire du Sahara d’une manière originale. Car, jamais dans ce dossier, l’approche sociologique n’a rejoint l’analyse géopolitique d’une manière aussi raffinée pour démontrer le bien-fondé d’une cause. Au-delà de cet aspect, M. Cherkaoui, qui est directeur de recherche au Centre national de la recherche scientifique (CNRS), a procédé à une sorte d’exploration des données démographiques, économiques et sociologiques durant les quatre dernières décennies qui renseigne sur le niveau de développement atteint dans les provinces sahariennes avec ses exploits et ses défaillances. Une sorte de bilan régional qui permet de voir comment le projet d’autonomie proposé par le Maroc pour mettre fin à l’affaire du Sahara est-il une issue non seulement politique à la situation de blocage que connaît le dossier mais aussi un choix judicieux qui permettrait d’assurer une meilleure intégration socioéconomique de la région dans son environnement. Elle donnerait aussi une véritable propulsion à la politique de régionalisation du Maroc. «Réussir cette autonomie est une nécessité pour tous. Elle sera un modèle pour les autres régions du Maroc. Elle aura pour effet l’approfondissement de la démocratisation de la société marocaine et l’extension des droits selon un processus irréversible», estime M. Cherkaoui dans un chapitre du livre qu’il a consacré à la «révolution silencieuse» que connaît le Maroc.  D’ailleurs le thème de la première partie est d’ailleurs entièrement consacré à l’aspect politique et institutionnel ainsi que les enjeux géostratégiques régionaux au cœur desquels se trouve l’affaire du Sahara en tant que conflit et la région avec ses spécificités socioculturelles. À ce niveau, l’auteur met en évidence le jeu mené par les maîtres du pouvoir algérien avec leurs stratégies visant à tenter d’imposer une hégémonie sur la région poussés par leur «volonté de puissance» dont «ils sont devenus les prisonniers malheureux». Dans la deuxième partie du livre, l’auteur redessine les contours d’une société sahraouie avec sa spécificité socioculturelle et l’impact de celle-ci sur le rythme de développement de la région. Pour ce faire, M. Cherkaoui choisira un indicateur pour le moins original : le mariage. Un résultat révélateur surgit de l’enquête : le taux de l’endogamie est passé, en quarante ans, de 97% à 60%. C’est dire le niveau d’intégration de la société sahraouie en corrélation avec les autres composantes de la société marocaine.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *