Powell en Israël et en Palestine

« M. Powell est attendu dimanche soir en Israël et doit s’entretenir lundi avec le Premier ministre Ariel Sharon et le chef de la diplomatie Sylvan Shalom du processus politique avec les Palestiniens », a affirmé à l’AFP un haut responsable israélien. Il s’agit de sa première visite en Israël et dans les territoires depuis mai 2003, alors qu’il doit être remplacé prochainement dans ses fonctions par la conseillère du président George W.
Bush pour la Sécurité nationale, Condoleezza Rice. « Israël est prêt à toutes sortes de gestes pour favoriser la tenue de l’élection palestinienne (prévue le 9 janvier), mais ne transigera pas sur les questions sécuritaires », a ajouté le haut responsable, précisant qu' »on ne peut pas contourner la «feuille de route» ou brûler les étapes par le biais d’élections ». Il faisait ainsi allusion au plan de paix du Quartette (USA, UE, Russie, Onu) prévoyant la fin des violences de l’Intifada, le gel de la colonisation juive et la création d’un Etat palestinien avant la fin 2005.
La relance de ce plan resté lettre morte devrait être évoquée en marge de la conférence internationale sur l’Irak qui s’ouvre lundi après-midi à Charm el-Cheikh (Egypte) et à laquelle doit participer M. Powell. M. Powell ouvre en fait un ballet diplomatique, car sa visite sera suivie de celles du chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov, mardi, et de ses homologues britannique Jack Straw, jeudi, et espagnol, Miguel Angel Moratinos, le 2 décembre. Le secrétaire d’Etat doit rencontrer lundi à Jéricho (Cisjordanie) le chef de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) Mahmoud Abbas, et le Premier ministre palestinien Ahmad Qoreï, a indiqué un responsable palestinien. Le secrétaire d’Etat adjoint américain chargé du Proche-Orient, William Burns, et l’envoyé spécial de l’Onu au Proche-Orient, Terje Roed-Larsen, ont tous deux affirmé à Ramallah leur détermination à assurer la tenue de l’élection présidentielle palestinienne. « Je suis ici pour manifester le ferme soutien américain à la tenue de cette élection », a déclaré M. Burns à la presse, à l’issue d’une rencontre avec le président de l’Autorité palestinienne par intérim, Rawhi Fattouh. M. Burns doit s’entretenir par la suite avec MM. Qoreï et Abbas, pressenti comme favori pour l’élection présidentielle.
M. Roed-Larsen, de son côté, a appelé Israël « à retirer ses troupes des villes de Cisjordanie pour aider à la tenue d’une élection libre et équitable », à l’issue d’une rencontre avec M. Qoreï.
Le responsable palestinien Nabil Abou Roudeina, pour sa part, a appelé les Etats-Unis à faire pression sur Israël pour qu’il prenne des mesures de conciliation susceptibles de faciliter l’élection, « comme la libération de détenus palestiniens ». Le ministre palestinien des Affaires étrangères, Nabil Chaath, a affirmé à l’AFP que les discussions avec M. Powell porteraient sur le plan israélien de retrait unilatéral de la bande de Gaza, « qui doit s’inscrire dans le cadre de la feuille de route et ne constitue pas une alternative ». Ce plan de retrait prévoit le démantèlement des 21 colonies de la bande de Gaza et de quatre autres en Cisjordanie d’ici à septembre 2005. M. Chaath a ajouté qu’il comptait sur les Américains « pour entraîner les services palestiniens de sécurité, financer l’organisation du scrutin palestinien et exercer des pressions sur Israël afin d’en favoriser la tenue ». Sur le terrain, un Palestinien armé a été tué lors d’une attaque anti-israélienne dans le sud de la bande de Gaza, ont annoncé les branches armées du Front populaire de libération de la Palestine (FPLP) et du Jihad islamique dans un communiqué commun.

• Charly Wegman (AFP)

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *