Presse algérienne : la répression continue

Le journaliste algérien Mohamed Benchico, qui purge déjà une peine de deux ans de prison ferme, a comparu mercredi devant la Cour d’appel d’Alger pour deux procès en diffamation, intentés par le ministère algérien de la Défense, concernant des chroniques publiées en 2002.
Le procureur près cette juridiction a requis une peine de deux ans de prison ferme à l’encontre de l’ex-directeur du journal "Le Matin", poursuivi en même temps qu’un chroniqueur du même journal, qui a fait l’objet d’une mesure de suspension en juillet 2004.
Statuant en appel, après la condamnation en première instance des deux prévenus à des amendes, la juridiction a décidé de renvoyer, à la semaine prochaine, le prononcé du verdict dans ces deux affaires.
M.Benchico ainsi que plusieurs de ses collègues du "Matin" ont été cités à comparaître dans une série de procès pour diffamation, ce que des organisations de défense des droits de l’Homme, notamment "le Comité Benchico pour les libertés" avaient dénoncé comme étant un "harcèlement judiciaire attentatoire à la liberté de la presse".

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *