Quand Washington parle à Alger

Une dépêche de SPS, une pseudo agence de presse du Polisario, a fait beaucoup de tapage autour de déclarations faites par le sous-secrétaire d’Etat américain chargé des Affaires du Moyen-Orient, Jeffrey Feltman, sur l’affaire du Sahara à l’occasion de sa visite à Alger.
Et, malgré tous les efforts de ses rédacteurs, la SPS n’a trouvé aucune tournure de phrase dans les déclarations du responsable américain qui lui permettraient d’en dévoyer le sens. Le ton ferme, précis, et direct de M. Feltman a eu raison de la capacité polisarienne de falsification de la réalité. Trois idées ont été clairement exprimées par le diplomate américain. Il a d’abord insisté sur la «volonté» américaine de voir le conflit du Sahara réglé de « manière définitive». Ensuite, il a rappelé le soutien de son pays aux efforts du médiateur onusien, Christopher Ross. «Nous appuyons les efforts menés par Christopher Ross, envoyé personnel du secrétaire général des Nations unies pour le Sahara occidental, dans son action en faveur du processus de paix dans cette région», a-t-il déclaré devant les journalistes algériens lors d’une conférence de presse tenue au siège de l’ambassade de son pays à Alger.  Troisièmement, il a tenu à appeler, encore une fois, les parties «à étudier l’ensemble des propositions émises et allant dans le sens du règlement définitif de cette question». Et vu que la seule proposition sérieuse qui existe aujourd’hui sur la table des négociations et qui est reconnue par l’ONU est le Plan d’Autonomie proposé par le Maroc, il est clair que Washington appelle le Polisario et l’Algérie à se mettre à table pour en négocier la mise en application. Ce qui permettra de trouver une issue rapide, définitive et équitable à ce conflit artificiel. Tout cela, évidemment, sous les auspices des Nations unies.
Le sous-secrétaire d’Etat américain chargé des Affaires du Moyen-Orient a d’ailleurs rappelé et insisté sur le fait que son pays soutient les résolutions de l’Onu sur le Sahara. Un soutien que le Polisario affiche comme une victoire des séparatistes oubliant que le Royaume, lui-même, a soutenu et s’est même réjoui de l’adoption desdites résolutions. Ce qui est normal, car toutes les dernières résolutions du Conseil de sécurité appellent à des négociations pour parvenir à «une solution politique» et évoquent la proposition d’autonomie comme une base sérieuse pour parvenir à cette solution. C’est aussi simple que cela !

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *