Quatre individus arrêtés

Quatre individus arrêtés

Quatre individus soupçonnés de relations avec le kamikaze Hicham Doukkali ont été arrêtés, indique-t-on auprès de sources policières.
Les quatre personnes arrêtées ont été dénoncées par le kamikaze Hicham Doukkali, ont ajouté les mêmes sources citées par la MAP.
«L’un des quatre individus, dont l’identité n’a pas été révélée, a  reconnu avoir été mis au courant par Hicham Doukkali de ses projets terroristes et avoir lui-même nourri l’ambition d’y être associé», selon les mêmes sources.
Les mis en cause, dont l’identité n’a pas été révélée, seront présentés à la justice une fois l’enquête terminée.
Ces arrestations sont intervenues après les premiers interrogatoires subis par Hicham Doukkali qui se trouve actuellement dans un état stable sous une garde renforcée dans une aile de l’hôpital militaire de Rabat. Selon les premiers témoignage cet ingénieur d’Etat en génie civile qui travaillait dans les services de la trésorerie régionale de Meknès était une personne réservée, renfermée sur elle-même, connue pour son respect des préceptes de la religion avec un penchant salafiste, mais non pour autant manifester aucun signe intégriste. Différents témoignages indiquent, en outre, que Hicham Doukkali gardait ses distances dans ses relations avec ses collègues du travail et ne serrait pas la main de ses collègues femmes. Dans son quartier, il ne manifestait pas non plus de penchants intégristes, sa femme qui portait le voile au début de leur installation dans un appartement du quartier Zerhounia à Meknès s’est mise dernièrement au voile intégral (le niqab), selon les mêmes témoignages. Certains se sont même dit étonnés, voire stupéfaits de voir cet ingénieur élégant qui vient juste d’acheter une nouvelle voiture perpétrer un tel acte.
Les premiers éléments de l’enquête indiquent qu’avant de commettre son forfait, pendant   la période de son congé annuel. Hicham Doukkali a enregistré la voiture et l’appartement au nom de sa femme. Et la veille de son acte, il a envoyé celle-ci à Khémisset chez sa famille.
Ce qui fait dire à la police que l’acte était prémédité et préparé pendant plusieurs jours, voire plus. Il n’en reste pas moins que Hicham Doukkali n’a jamais été fiché comme intégriste. En effet, comme l’affirme la police, il s’agit d’un acte isolé commis par un individu non fiché. Ce qui fait dire à certains analystes que «cela signifie qu’il y a aujourd’hui des jeunes imprégnés de la culture de la mort qu’il suffit de manipuler pour commettre de tels actes».
En somme, et pour démêler les ficelles de cette affaire peu commune, les enquêteurs ont perquisitionné, mardi, le domicile de Doukkali et, selon des sources de l’enquête, ont emporté tous les documents et autres affaires personnelles du kamikaze qui pourraient servir dans l’évolution de l’enquête. Ils ont également procédé à un interrogatoire des membres de sa famille et ses relations pour cerner l’identité des individus qui ont fréquenté son domicile à Meknès.
Au moment où l’analyse des débris de l’explosion et autres indices recueillis sur le lieu de l’attentat se poursuit, d’autres pistes ont été ouvertes. Un avis de recherche aurait été lancé contre un ancien colocataire de Hicham Doukkali pendant la période où il vivait encore à Kénitra, dans un quartier aisé, avant d’aller s’installer à Meknès.
Entre-temps, la place Lahdim à Meknès, un des lieux les plus fréquentés par les étrangers qui visitent la médina de la ville, a retrouvé son train-train quotidien. Néanmoins, le dispositif sécuritaire déployé dans la ville et ses issues ne s’est pas pour le moins affaibli. Des barrages ont été dressés à l’entrée et la sortie de cette ville qui ne cesse de faire parler d’elle et ce, depuis les attentats du 16 mai. C’est dans cette ville, en effet, et dans le même quartier où résidait Hicham Doukkali qu’a été découvert un lot de kalachnikovs volés dans la caserne de Taza. C’est également cette ville qu’ont été appréhendés plusieurs membres notoires de la tristement célèbre Salafiya- Jihadia.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *