Raïssouni indésirable

Le bureau exécutif du MUR (Mouvement Unicité et Réforme) a récemment donné la permission à Ahmed Raïssouni de rejoindre les équipes d’experts de l’Académie islamique de jurisprudence (Fiqh) basée à Djeddah et relevant des multiples organes subsidiaires de l’OCI (Organisation de la conférence islamique) en arabie Saoudite. L’ex-président du MUR participera et supervisera l’Encyclopédie de la jurisprudence islamique éditée, à gros budgets, par ladite académie. D’après le bureau exécutif de ce mouvement, Ahmed Raïssouni sera absent pendant deux ans. Dans un communiqué, le MUR a déploré le «vide» que cela laissera dans les instances de ce mouvement. Ahmed Raïssouni va donc quitter le Maroc pour deux ans. Est-ce une bonne chose ? Ou plutôt devons-nous regretter ce départ ? Près de la moitié des lecteurs d’ALM, ayant réagi, à notre sondage, pensent que le départ d’Ahmed Raïssouni est une bonne chose. 50,7%, soit 550 personnes sondées, sont loin de déplorer le départ de l’ex-patron du MUR. En effet, ses sorties médiatiques ne sont pas trop appréciées. Cet homme qu’Abdelkrim El Khatib, ex-président du PJD, avait qualifié d’«imbécile» ne rate pas une occasion pour jouer la provoc, question de ne pas se faire oublier. Un jour, il a même remis en cause la Commanderie des croyants et les prérogatives royales dans la gestion des affaires religieuses. Il avait déclaré dans un entretien accordé à ALM avant les attentats du 16 mai 2003, que la formation du Souverain, sa «capacité humaine» et ses « compétences» ne sauraient l’habiliter à s’acquitter des missions qu’implique «Imarat Al Mouminine». Ces propos ont suscité une vive indignation dans l’opinion publique nationale y compris au sein du MUR et du PJD. Ahmed Raïssouni, lâché par les siens, sera obligé de quitter la présidence du MUR. Toutefois, il continuera à exercer la mission de tuteur idéologique aussi bien de son mouvement que du journal «Attajdid», la vitrine officieuse du PJD.  Récemment et durant le mois de Ramadan, Raïssouni est revenu à la charge. Dans un entretien à l’hebdo «Al Ayyam», il a critiqué la gestion de la chose religieuse au Maroc que la composition de la Commission de l’Iftaâ. Mais assure surtout que SM le Roi doit s’occuper des affaires publiques et délaisser la fatwa aux oulémas.
28 % des personnes qui ont voté pensent que le départ d’Ahmed Raïssouni est regrettable. Ainsi, 304 internautes trouvent qu’il laissera derrière lui un vide que personne ne pourra combler. Enfin, 21,3 % des personnes sondées sont restées sans avis. Le départ de Raïssouni en Arabie Saoudite a ainsi laissé indifférents quelque 231 internautes.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *