Rapport Genre, une importante avancée

Le Fonds de développement des Nations Unies pour la femme (UNIFEM) a qualifié le "Rapport Genre" inclus pour la première fois en annexe dans le budget de l’Etat pour l’année 2006 de "réussite sans précédent pour le Maroc".
 "Pour la première fois, le budget national marocain pour l’année 2006 comprend une annexe spéciale sur la manière d’aborder les priorités en matière d’équité de genre", a précisé l’UNIFEM dans un communiqué parvenu mercredi à la MAP.
 Cette "budgétisation sensible du genre", fruit de quatre années de travail entre l’UNIFEM et le département des Finances, doit se poursuivre au ministère des Finances ainsi que dans les autres départements aux niveaux national et local, a souligné l’UNIFEM.
 Réalisé par le gouvernement, le Rapport Genre résume les implications du budget national et local en matière d’équité de genre en ayant recours aux outils d’analyse genre du budget et en visant des résultats planifiés vis-à-vis de l’objectif d’égalité de genre.
 Il décrit le processus de réforme budgétaire en cours au Maroc qui inclut parmi ses objectifs la formulation de budgets sensibles au genre. Les ministères des Finances, de l’Education, de la Santé et de l’Agriculture et du Développement rural ont été identifiés par le rapport comme étant des départements prioritaires pour l’intégration du genre dans la formulation et l’exécution de leurs budgets.
Le Rapport Genre présente la démarche adoptée par ces ministères pour répondre aux priorités des femmes et réduire les écarts de genre dans le cadre de l’allocation de leurs ressources et leurs programmes.
"Il est souhaitable que le Rapport Genre, outil qui a été utilisé aussi bien  en Inde qu’en France, devienne un exercice institutionnalisé (…) lors de chaque cycle budgétaire. Les recommandations d’égalité de genre vont permettre, par la suite, d’atteindre une meilleure allocation des ressources dans les années qui viennent et de contrôler l’orientation des dépenses actuelles de l’exercice budgétaire 2006 vers les budgets planifiés et les priorités des femmes", a estimé l’UNIFEM.
 Rendu possible grâce au soutien financier du gouvernement belge et de la Commission européenne, le Rapport Genre démontre l’engagement du gouvernement marocain d’instaurer des dépenses sensibles au genre qui assurent la réalisation d’objectifs spécifiques tels que la scolarisation des filles ou l’éradication de la pauvreté. Cet engagement en matière de budgétisation sensible au genre reflète également les efforts sérieux entrepris pour l’utilisation efficiente et équitable des ressources publiques et la réalisation d’un développement effectif du pays, a ajouté la même source.
Cité par le communiqué de l’UNIFEM, Mohamed Chafiki, directeur des études et des prévisions financières (DEPF), a indiqué que la "production du Rapport Genre au Maroc annexé au rapport économique et financier qui accompagne la loi de Finances 2006 est au coeur du processus de réforme du management public orienté vers la gestion axée sur les résultats. C’est un rapport qui, de manière instrumentale, aborde les préoccupations de développement humain durable où le statut de la femme ainsi que ses droits humains sont stratégiques pour la réalisation des objectifs de développement du millénaire".

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *