Report du procès de l’athlète Hicham Bouaouiche

Le procès d’Hicham Bouaouiche, meurtrier présumé d’un gendarme français à Pont-Saint-Esprit (sud-est de la France), a repris brièvement lundi à Rabat avant d’être reporté au 17 mars à la demande du parquet, a-t-on appris de source judiciaire.
Bouaouiche, un athlète marocain de 28 ans, est soupçonné du meurtre du gendarme français Laurent Soler, le 22 décembre 2000. Il a été arrêté par la police marocaine en juillet 2001, au moment où il tentait de rentrer dans son pays après plus de sept mois de cavale en France. Ce report a été demandé pour que la chambre criminelle de la cour d’appel de Rabat, juridiction criminelle de première instance, puisse examiner les nombreux documents que la justice française lui a récemment faits parvenir, a indiqué à l’AFP, Abdellatif Wahbi, avocat de la famille de Laurent Soler. Les documents de l’instruction française avaient été demandés, le 16 décembre dernier, par le tribunal marocain pour « complément d’information ». Des proches de la victime s’étaient plaints de la lenteur de la justice marocaine dans ce procès qui a été reporté à plusieurs reprises. Laurent Soler, 35 ans, gendarme à Pont-Saint-Esprit, avait été tué d’une balle dans la tête dans la nuit du 22 décembre 2000 par un cambrioleur qui voulait protéger sa fuite et celle de deux complices.
Deux autres jeunes gens, âgés de 20 et 23 ans, de nationalités algérienne et marocaine, avaient été arrêtés en France cinq jours après le meurtre du gendarme.
Hicham Bouaouiche, finaliste du 3.000 m steeple des jeux Olympiques d’Atlanta en 1996, avait réussi à échapper aux recherches menées dans le sud de la France par 150 gendarmes après le meurtre de Laurent Soler.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *