Rumeurs sur la santé de Moubarak

L’annonce de l’annulation a été faite par un responsable palestinien qui a requis l’anonymat. Aucune explication officielle n’a pu être obtenue sur l’annulation de la rencontre annoncée dans l’agenda quotidien de l’agence égyptienne Mena et par le quotidien gouvernemental cairote, “Al-Ahram”.
Selon des sources diplomatiques égyptiennes, M. Moubarak doit recevoir, lundi au Caire, le ministre français des Affaires étrangères, Michel Barnier, mais la rencontre n’avait pas été confirmée officiellement, jeudi après-midi. Habituellement, les audiences présidentielles sont fixées à la dernière minute.
Depuis mercredi des rumeurs, qui se sont propagées comme une traînée de poudre au Caire, font état d’une dégradation de l’état de santé de M. Moubarak, au pouvoir depuis 1981, après l’assassinat du président Anouar el-Sadate.
Des responsables égyptiens ont affirmé à des diplomates arabes et occidentaux au Caire que des journalistes israéliens seraient à l’origine de cette rumeur et l’ont qualifié « d’intoxication ».
Les bruits se sont amplifiés après la diffusion par fax aux agences de presse, sous la mention « urgent », d’un communiqué du Centre Almaqreze d’Etudes historiques de Londres, dirigé par l’islamiste égyptien, Hani al-Sibaï, faisant état d’un malaise et d’une hospitalisation, mardi soir, de M. Moubarak.
Le Centre, qui citait des sources non identifiées, parlait aussi d’une rumeur de décès, en précisant toutefois qu’il n’en avait pas eu confirmation officielle.
Mercredi soir, M. Moubarak est apparu à la télévision d’Etat recevant son ministre de la Défense, Mohammed Hussein Tantaoui. La rencontre, prévue jeudi, a été avancée, a souligné une source officielle, laissant entendre que ce changement de calendrier était destiné à démentir les rumeurs.
M. Moubarak, les traits tirés et la voix quelque peu éraillée, a été ensuite montré par la télévision conversant avec deux journalistes égyptiens sur la question palestinienne, debout dans un coin de jardin qui pourrait être celui de sa résidence privée.
Le jour même, il a aussi reçu le directeur démissionnaire de la CIA, George Tenet, en présence de l’ambassadeur des Etats-Unis au Caire, David Welch et du directeur des renseignements égyptiens, Omar Souleimane. Il a également vu son ministre de l’Information, Safouat el-Chérif. Un changement de gouvernement devrait être annoncé en juillet, selon la presse gouvernementale.
Selon des sources diplomatiques, M. Moubarak a subi récemment des examens médicaux en raison de douleurs persistantes aux articulations du genou. Lors de sa dernière visite en Russie, du 27 au 29 mai, il a même trébuché, selon ces sources. Ces douleurs résulteraient aussi d’une longue pratique du squash, le sport favori du chef de l’Etat.
Le 18 novembre 2003, M. Moubarak avait été pris d’un malaise, en prononçant un discours devant le Parlement. Le ministre égyptien de la Santé, Awad Taggedine, avait alors attribué le malaise à « une chute de tension » à cause du jeûne du mois de Ramadan et aux séquelles d’une « grippe sévère ».
M. Moubarak n’a pas désigné de vice-président et n’a toujours pas indiqué s’il serait candidat en septembre 2005 pour un cinquième mandat présidentiel de six ans. Il a démenti avec fermeté, au début de l’année, les rumeurs donnant son fils cadet, Gamal, 41 ans, comme un éventuel successeur.

• Hassen Zenati (AFP)

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *