Salé : un centre pour les ex-détenus

Salé : un centre pour les ex-détenus

Après avoir dévoilé la plaque commémorative et coupé le ruban symbolique, SM le Roi a effectué une visite dans les différents espaces du centre, réalisé dans le cadre de l’achèvement du processus de réinsertion des détenus engagé par la Fondation Mohammed VI pour la réinsertion des détenus, avec ses partenaires publics, privés et représentants de la société civile.
Cette action vise notamment le rattachement de la prison à la Charte nationale d’éducation et de formation, l’implication des ministères de la Santé et de la Culture dans les actions engagées dans les prisons et le rattachement des prisons agricoles aux centres de formation du ministère de l’Agriculture. Le Centre, animé par des assistants sociaux et une cellule spécialisée en matière de recherche d’emplois, de résolution de problèmes et de suivi médical, s’inscrit dans le cadre d’un programme-pilote qui couvrira, dans cette phase, les établissements pénitentiaires de Casablanca et de Salé. Après évaluation, cette expérience pourra être généralisée.
Ce Centre est le fruit d’un partenariat entre la Fondation Mohammed VI pour la réinsertion des détenus avec les départements et opérateurs publics concernés, la société civile et des entreprises citoyennes qui se sont inscrits dans cette dynamique. Pour la mise en service du centre de Casablanca inauguré mardi dernier par SM le Roi et celui de Salé, le Souverain avait présidé la cérémonie de signature de plusieurs conventions inscrites dans le cadre de cette nouvelle orientation. La première convention porte sur l’actualisation de la convention-cadre entre la Fondation, le ministère de la Justice, le secrétariat d’Etat chargé de la Formation professionnelle et l’Office de la formation professionnelle et de la promotion du travail (OFPPT). Cette convention, relative au projet pilote de réinsertion socioprofessionnelle des détenus et signée en 2005, a été adaptée pour se conformer à la nouvelle stratégie de la Fondation. Il s’agit aussi de trois autres conventions, signées entre la Fondation et l’Agence nationale de la promotion de l’emploi et des compétences (ANAPEC), l’Association marocaine de l’industrie du textile et de l’habillement (AMITH) et la Fondation Zakoura pour les microcrédits. Grâce à l’accompagnement assuré par ce centre et notamment aux liens entretenus avec les familles, les employeurs, les autorités et les associations locales, la réinsertion des détenus ayant investi le temps de leur incarcération dans la réadaptation et la qualification et ayant manifesté la volonté de porter un projet personnel de sortie, gagne en efficience et permettra aux ex-détenus de s’intégrer dans la démarche de développement globale du Maroc.
La Fondation Mohammed VI pour la réinsertion des détenus a veillé, depuis sa création en 2002, à améliorer les conditions des détenus, faisant du milieu carcéral un espace d’éducation et de formation qui devrait permettre aux détenus de corriger leur comportement et d’acquérir des compétences ou d’apprendre un métier qui leur ouvre le marché de l’emploi et de manière générale leur permet une insertion dans la société avec de meilleurs atouts. L’inauguration de ce centre par SM le Roi, témoigne de la haute sollicitude royale accordée à la population carcérale afin de générer une réelle mutation dans la perception de la société du milieu carcéral et de son regard sur le détenu dont la sanction privative de liberté n’entame en rien sa citoyenneté.
Dans ce cadre, SM le Roi avait indiqué, à l’occasion de l’ouverture de l’année judiciaire en janvier 2003, que  »la sollicitude particulière que nous réservons à la dimension sociale, dans le domaine de la justice, ne serait pas complète, sans que nous assurions aux citoyens incarcérés leur dignité humaine, qui, du reste, ne leur est pas déniée du fait d’une décision de justice privative de liberté ».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *