Sida : L’Afrique sort de son isolement

L’Union européenne va contribuer à hauteur d’un milliard de dollars par an au Fonds mondial de lutte contre le sida, a annoncé le Président sud-africain Thabo Mbeki à l’issue d’une réunion au sommet entre le G8 et les pays africains du NEPAD, dimanche dans la ville française d’Evian. Le Président américain George W. Bush a annoncé récemment qu’il allait débloquer 15 milliards de dollars sur cinq ans pour la lutte contre le sida dans 14 pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique, dont 5 milliards pour le Fonds mondial. « Nous avons fait la même demande aux autres pays du G8 (Japon, Canada, France, Royaume-Uni, Allemagne, Italie et Russie) et ils nous ont dit que l’UE allait s’engager immédiatement à hauteur d’un milliard de dollars par an pour le Fonds mondial », a déclaré M. Mbeki lors d’une conférence de presse. « L’UE a décidé aujourd’hui d’en faire autant que les Etats-Unis », a-t-il ajouté. Le Président Jacques Chirac avait annoncé plus tôt dimanche que la France allait tripler sa propre contribution, en la portant de 50 millions à 150 millions d’euros par an. « J’ai comme une impression que l’Europe relèvera le défi, c’est-à-dire qu’elle fera aussi son milliard de dollars », avait-il ajouté. “Les décisions définitives”, avait-il ajouté, “seront prises à la mi-juin lors du Conseil européen de Thessalonique, en Grèce”.
Le Fonds mondial contre le sida, la tuberculose et le paludisme a été constitué en janvier 2002 par le Secrétaire général des Nations-Unies, Kofi Annan, en réponse à une initiative du Sommet du G8 de Gênes, en Italie, de juillet 2001. Le Fonds, qui a reçu à ce jour des promesses de 3,4 milliards de dollars, a besoin de 4 milliards de dollars supplémentaires dans les deux prochaines années pour combattre la pandémie qui a fait plus de trois millions de morts en 2002, surtout en Afrique.
La spectaculaire annonce de Washington avait été dénoncée par certaines organisations non gouvernementales, selon lesquelles elle vise surtout à faire oublier une déclaration adoptée lors du sommet de l’Organisation mondiale du commerce à Doha, au Qatar, en novembre 2001, sur le droit des pays menacés par le sida à fabriquer leurs propres médicaments ou des médicaments génériques à plus bas prix.
Ce texte est toujours bloqué à l’OMC par les Etats-Unis. M. Annan avait appelé dimanche à Evian les membres du G8 à «réapprovisionner le Fonds» mondial, rappelant «les effets dévastateurs» de la pandémie dans de nombreux pays d’Afrique.
Les chefs d’Etat et de gouvernements du G8 ont retrouvé dimanche soir à Evian les cinq Présidents africains représentant les pays du Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique : l’Algérien Abdelaziz Bouteflika, le Sénégalais Abdoulaye Wade, le Nigérian Olusegun Obasanjo, l’Egyptien Hosni Moubarak et le Sud-Africain Thabo Mbeki. Le NEPAD est une sorte de contrat entre les pays africains et les pays riches, les premiers s’engageant à mener des réformes politiques et économiques pour attirer les investissements en échange de l’aide des seconds. Le Président nigérian, au cours de la même conférence de presse, s’est par ailleurs dit « encouragé » par les propositions françaises d’un moratoire des pays riches sur les subsides aux exportations vers l’Afrique.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *