Subsahariens : le rapport de l’Intérieur

Les incidents survenus lors des tentatives de franchissement des clôtures barbelées séparant le préside occupé de Mellilia du territoire national, par des centaines d’émigrés illégaux, originaires pour la plupart de pays frères et amis d’Afrique au sud du Sahara, ont fait l’objet d’un rapport du ministère de l’Intérieur. Selon ce rapport, six personnes ont trouvé la mort dont quatre suite à des tirs rasants provenant des forces de sécurité marocaines, les deux autres étant décédées suite à des chocs hémorragiques dus à des plaies multiples.
En effet, la violence particulière ayant caractérisé les assauts massifs et inhabituels dans la nuit du 5 au 6 octobre 2005 dans le lieu appelé "Rostro Gordo", dans la province de Nador, a pris de court des membres des forces de sécurité au nombre de quinze au moment des faits, répartis entre trois postes de surveillance, ne disposant ni de miradors ni d’équipements spécialisés pour faire face à des assauts de cette amplitude. Ils ont fait face à plusieurs vagues de violence de groupes de migrants illégaux dont certains étaient armés de machettes, gourdins et autres armes blanches. Malgré les tirs de sommation, les assaillants ont forcé le dispositif de garde obligeant les sentinelles marocaines à faire usage de leurs armes, en situation de légitime défense. Le rapport précise que depuis le début des assauts, aussi bien aux abords du préside occupé de Mellilia que celui de Sebta, 17 membres des forces de sécurité marocaines ont été blessés, dont plusieurs grièvement. Le même rapport précise également qu’en l’absence de pièces d’identité ou de documents de voyage, la nationalité des six victimes de ces évènements regrettables n’a pu être, pour l’heure, déterminée. Le renforcement du dispositif de sécurité et de surveillance, mis en place au lendemain de ces évènements, a permis l’interpellation de plusieurs centaines de migrants illégaux qui ont été remis aux autorités compétentes pour les formalités judiciaires d’usage. Dans un communiqué adressé à la MAP, le ministère de l’Intérieur déplore la tournure dramatique de ces évènements et exprime ses vifs regrets devant la perte de vies humaines. Il ajoute que c’est dans la reconnaissance des erreurs de gestion du phénomène de l’émigration illégale que les différents pays concernés, à l’instar du Maroc, contribueront à mettre en place un traitement global, basé sur une coopération franche et transparente, qui apporte des solutions concrètes, et préserve la dignité humaine.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *