Terrorisme : Rabat en première ligne

Terrorisme : Rabat en première ligne

Le Maroc sera de nouveau, et pendant deux jours, au-devant de l’actualité internationale avec la tenue, à Rabat pendant deux jours, de la première réunion de l’initiative globale de lutte contre le terrorisme nucléaire mise en chantier par les Etats-Unis et la Russie. Cette initiative a été décidée lors du sommet des deux puissances mondiales à la mi-juillet 2006, à Saint-Pétersbourg en Russie.
Selon le ministère des Affaires étrangères et de la Coopération, la réunion de Rabat accueillera douze pays impliqués dans cette initiative. Il s’agit tout d’abord de cinq puissances nucléaires mondiales : les Etats-Unis, la Russie, la France, la Grande-Bretagne et la Chine en plus de l’Australie, l’Allemagne, l’Italie, le Kazakhstan, le Japon et la Turquie. Le Maroc, pays hôte de cette première réunion, y est invité en tant que pays observateur, qualité qu’il partage avec l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA).
Selon des sources citées par la presse américaine, le Maroc a été choisi pour abriter cette première rencontre pour son rôle dans la préservation de la stabilité internationale, mais aussi sa contribution à la lutte contre le terrorisme. Cette réunion, selon les mêmes sources, devrait déboucher sur le renforcement des mécanismes de contrôle et de protection des matériaux et installations nucléaires de manière à ce qu’ils ne puissent servir à des actes terroristes ou qu’ils fassent l’objet d’attaques criminelles. Les Etats-Unis et la Russie, entre autres, et malgré les gigantesques efforts technologiques et matériels consentis pour la protection de leurs installations nucléaires s’inquiètent toujours pour la sécurité de ces dernières. Ils se font surtout des soucis pour d’éventuels transferts de matériaux et de technologies nucléaires à des groupes terroristes, Al Qaïda en tête. Cette réunion se tient au moment où l’actualité internationale est marquée par le dossier du nucléaire iranien, mais surtout par les essais nord-coréens de ces dernières semaines.
De grands absents, il y en aura à cette première réunion. Américains et Russes auraient essayé de convier à ce rendez-vous les deux frères-ennemis : le Pakistan et l’Inde d’ailleurs tous les deux sont des puissances nucléaires mondiales. Toutefois, ces derniers sont pressentis, à en croire des sources américaines, pour rejoindre l’initiative globale de lutte contre le terrorisme nucléaire.
Selon des sources diplomatiques marocaines, cette réunion devra déboucher sur plusieurs recommandations qui seront formulées à l’issue des deux jours de travaux. La forme de ces recommandations, confie une source, pourrait être une sorte d’"appel de Rabat" (ou "Charte") contre le terrorisme nucléaire. Cette réunion sera présidée par Robert Joseph, sous-secrétaire d’Etat US pour le contrôle des armes et la sécurité internationale et le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Sergei Kislyak.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *