Un fonds d’aide à l’internationalisation

À l’image des fonds d’aide à la délocalisation opérationnelle en Europe, le département de Rachid Talbi Alami a entamé une réflexion visant à mettre en place un fonds d’aide à la délocalisation…ou plutôt internationalisation. Ce genre d’aide vise à aider l’entreprise qui se délocalise au Maroc et à alléger les coûts du transfert. En association au premier holding du pays, ONA, ce fonds est la meilleure réponse aux récents agissements visant à barrer la route aux mouvements de délocalisation.
À titre d’exemple, la direction de Gespac, spécialisée dans la fabrication de cartes électroniques, a annoncé aux syndicats la suppression de 90 des 160 emplois de son usine de Vailhauques (Hérault, en France).
Depuis le 13 avril, les salariés avaient décidé de placer sous surveillance les deux dernières machines encore sur le site, accusant la direction de vouloir « délocaliser en douce » l’activité au Maroc. Sur les sept machines utilisées à Vailhauques, cinq ont déjà été transférées au Maroc, où a été créé, il y a une dizaine d’années, un atelier de production « low cost » (aux coûts peu élevés). Les fonds à mettre en place sont de nature à accointer la délocalisation de ces entreprises.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *