Un office national de la pomme de terre en Algérie

La création d’un office national professionnel, qui devra prendre en charge l’importation et la distribution de la pomme de terre, est envisagée par les autorités pour infléchir les cours de cette denrée en hausse depuis plusieurs mois, rapporte le journal "L’Expression".  L’annonce en a été faite, mardi, par le ministre algérien du Commerce, Hachemi Djaâboub, lors d’une conférence de presse consacrée à la situation des prix qui connaissent une flambée, particulièrement depuis le début du Ramadan.  Le ministre a rappelé, dans ce cadre, que le gouvernement a décidé de recourir à l’importation de 100.000 tonnes de pommes de terre, exemptes de droits de douane et de TVA, pour remédier au déficit de la production locale, et répondre à la demande en augmentation au cours du mois sacré.  Dans le même temps, le ministre algérien a annoncé la création d’un fonds de stabilisation des prix, qui devra participer à la régulation des cours à travers des mécanismes qui restent à définir (subventions, détaxation, aides directes) pour atténuer l’impact de l’instabilité des prix de certains produits essentiels pour le consommateur. Les dysfonctionnements dans les circuits de production et de distribution ainsi que les pratiques de spéculation et le secteur informel sont principalement mis en cause dans la flambée des prix notamment ceux de certains produits de base et des fruits et légumes. A cet égard, le ministre du Commerce a reconnu le nombre insuffisant des agents de contrôle des marchés, soit 8.000 agents en charge de 1.155.000 commerçants agréées.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *