Une allée de Colomiers baptisée du nom d’une jeune militante marocaine des droits de l’enfant disparue à 15 ans

La mairie de Colomiers (Sud-ouest de la France) et son Conseil municipal ont inauguré, ce week-end, une allée piétonne en centre ville du nom d' »Allée des Droits de l’enfant-Sana Moussaoui », en présence du consul général du Maroc à Toulouse, Moulay Driss Fadhil, et du maire de Colomiers, M. Bernard Sicard. Saisissant la Journée nationale des Droits de l’enfant, M. Sicard a tenu à rendre hommage à la présidente du Conseil Municipal des Jeunes (CMJ), Sana Moussaoui, décédée à 15 ans, pour son investissement dans la lutte contre la discrimination et l’exclusion. A l’annonce de sa tragique disparition, en juillet 2002, le maire de Colomiers, avait fait part de sa tristesse et de son émotion. « Nous avons été frappés d’une profonde tristesse par l’annonce du décès accidentel de Sana Moussaoui, intervenu au Maroc dans sa famille. Je souhaitais exprimer la profonde compassion des élus de la ville à tous les membres de sa famille. Sana était devenue au fil des années une militante citoyenne de Colomiers », avait déclaré M. Sicard. La jeune marocaine, dynamique, généreuse et solidaire, s’était impliquée dans la vie sociale, faisait partie de la commission « Humanitaire et Solidarité » et a été à l’initiative de nombreuses actions en faveur des enfants : Concours d’affiches, organisation d’une journée célébrant la convention des droits de l’enfant, réalisation d’une vidéo, organisation de débats. Lors de la cérémonie d’inauguration, M. Sicard a déclaré que cette Allée au nom de Sana est « une allée au coeur de la cité pour se souvenir à jamais qu’une jeune columérine d’origine marocaine avait du coeur: tout un symbole ». M. Fadhil a rappelé, pour sa part, que Sana Moussaoui, « présidente active du Conseil Municipal des Jeunes était très appréciée par tous. Son voeu le plus cher était d’établir des relations entre les enfants de la ville de Meknès et ceux de Colomiers ». « Un voeu que M. Sicard souhaite mettre en oeuvre avec l’appui notamment du Conseil municipal de la ville de Meknès et des responsables de l’Observatoire National de Droits de l’Enfant », a ajouté M. Fadhil. Le frère de Sana a fondé en hommage à sa soeur l’association « Sana, solidarité avec les enfants du monde ».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *