Une offre de santé pour l’Oriental

Une offre de santé pour l’Oriental

Sa Majesté le Roi Mohammed VI a procédé, lundi, au lancement des travaux d’édification du Centre hospitalier universitaire (CHU) à Oujda, à la pose de la première pierre pour la construction de la faculté de médecine et  de pharmacie dans la ville et à l’inauguration de l’hôpital Al Farabi, auxquels ont été alloués une enveloppe globale de l’ordre de 667 millions dh.
 Par la même occasion, le Souverain s’est enquis des nouveaux projets visant la consécration de la régionalisation de la santé qui ont nécessité des investissements estimés à 932,46 millions de DH.
 Concernant le CHU que le Souverain a bien voulu baptiser de son auguste nom, il répond aux normes internationales en matière de qualité de soins.
 Avec une capacité d’accueil de 500 lits, cet établissement hospitalier sera construit sur une superficie de 90.000 m2, dont 50.000 m2 couverts avec des crédits de l’ordre de 525 millions de DH assurés par le ministère de la Santé.
Cet établissement, dont les travaux prendront fin en 2008, devra profiter à une population de près de 3 millions habitants.
Le futur CHU s’inscrit dans le cadre du projet d’appui à la gestion du secteur de la santé (PAGSS) qui a nécessité une enveloppe budgétaire avoisinant  les 227 millions de DH, dont 200 millions ont été financés par le programme MEDA de l’Union européenne, et le reste par l’Etat marocain.
Ce programme qui a fait de l’Oriental une région pilote, offre l’opportunité  de mettre en oeuvre une série d’instruments en vue d’offrir à la population des services de santé accessibles et de qualité.
S’agissant de la faculté de médecine et de pharmacie d’Oujda, elle sera réalisée avec une enveloppe budgétaire de l’ordre de 84 millions de DH. Dimensionnée pour accueillir 1.100 étudiants, la faculté qui sera encadrée par 200 professeurs, sera dirigée par un staff administratif de 130 agents. La réalisation de cet établissement universitaire durera une année.
Concernant l’hôpital Al Farabi que le Souverain a inauguré, ce lundi, après sa mise à niveau et sa restauration complète avec un budget de l’ordre de 58 millions de DH, il a été financé par le ministère de la Santé en partenariat avec l’Union européenne (UE). Ce projet porte sur l’aménagement et l’extension des locaux ainsi que la création d’un pôle mère-enfant et d’un nouveau service des urgences, la restructuration du pôle chirurgical avec la création d’un bloc de 13 salles d’opération et l’extension du service d’hémodialyse.
S’inscrivant dans le cadre de l’amélioration des services sanitaires spécialisés au profit de la population de l’Oriental et des régions avoisinantes, ce programme prévoit aussi la création d’un pôle administratif et  d’un service de radiologie, le renforcement et la modernisation des équipements, la formation du personnel et l’amélioration du management. D’un staff médical de 643 cadres, dont 73 médecins, l’hôpital Al Farabi, qui dessert une population régionale estimée à près de 3 millions d’âmes, est bâti sur une superficie 27.000 m2, dont 9.620 couverts et compte un taux d’occupation moyen de 50,85 % avec près de 109.000 journées d’hospitalisation et 33.186 admissions par an.
Edifié en 1954, l’hôpital dispose, entre autres, de services médicaux (225 lits), services chirurgicaux (204 lits), d’un service de réanimation et urgences (19 lits) et d’un pôle mères et enfants (122 lits).
Par la même occasion, le Souverain a suivi des explications détaillées sur les nouveaux projets visant la consécration de la régionalisation de la santé et sur l’offre de soins dans la région de l’Oriental.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *