USA : Pour un OTAN élargi

Les Etats-Unis plaideront mardi et mercredi pour un élargissement important de l’OTAN, tout en invitant les neuf pays d’Europe centrale et de candidats à faire des efforts pour réformer leurs appareils militaires et donner des gages de leur démocratisation.
Washington va saisir l’occasion de la réunion des ministres des affaires étrangères de l’Alliance à Reykjavik (Islande) pour faire passer ce message, avant le sommet de l’alliance prévu en novembre à prague, qui doit lancer le prochain cycle d’élargissement. « Nous sommes favorables à un élargissement vigoureux. Entre zéro et neuf, nous pensons qu’il faudrait se situer dans le haut de la fourchette. Les conditions sont aussi favorables que possible à un grand élargissement », a indiqué un haut responsable américain sous couvert de l’anonymat, sans donner de noms de pays précis. Washington estime toutefois que les pays candidats ont encore du pain sur la planche. A Reykjavik, « le message du Secrétaire d’Etat Colin Powell sera? vous avez fait du bon boulot, mais il reste encore à faire », a-t-il ajouté.
Neuf pays sont officiellement candidats à l’élargissement du club atlantique : les trois pays baltes, la Slovaquie, la Slovénie, l’Albanie, la Macédoine, la Bulgarie et la Roumanie. L’alliance s’apprête par ailleurs, à Reykjavik, à inviter la Croatie à faire acte officiel de candidature pour un prochain cycle d’élargissement, après le sommet de prague. La sélection des pays jugés suffisamment prêts ne devrait pas se faire avant les élections en Slovaquie prévues en septembre prochain, estime-t-on au département d’Etat.
En attendant, le groupe doit mettre un sérieux coup de collier, estiment les responsables américains, qui souhaitent que ces anciens pays communistes aient un profil de démocraties exemplaires, avec des armées opérationnelles pour des missions modernes de type maintien de la paix, ou de soutien à des opérations anti-terroriste comme en Afghanistan.
Washington veut notamment obtenir le maximum de gages sur la solidité des nouvelles institutions de ces pays, les libertés publiques, les droits des minorités, ou encore le règlement des contentieux liés à l’holocauste (réparations, restitution des avoirs juifs spoliés, etc.). Washington met en particulier l’accent sur la lutte contre la corruption, un problème détecté dans la quasi-totalité des pays candidats. « Nous n’attendons pas de ces pays qu’ils soient parfaits – les membres actuels de l’OTAN ne le sont pas – mais qu’ils fassent des progrès », affirme-t-on au département d’Etat. Les Etats-Unis souhaitent être aussi sûrs que ces pays feront les efforts budgétaires nécessaires pour maintenir leurs dépenses de déoscou, autrefois catégoriquement hostile à l’extension de l’OTAN. « Les russes disent toujours qu’un élargissement n’est pas nécessaire, mais ils disent aussi qu’ils ne le lui barreront pas le chemin », confie ce responsable américain.

• Christophe De Roquefeuil (AFP)

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *