12ème rencontre franco-marocaine de haut niveau: Benkirane et Valls boostent les partenariats bilatéraux

12ème rencontre franco-marocaine de haut niveau: Benkirane et Valls boostent les partenariats bilatéraux

Le chef de gouvernement Abdelilah Benkirane est arrivé à Paris jeudi, accompagné de 12 membres du gouvernement, afin de participer à la réunion de haut niveau franco-marocaine. Cette 12ème rencontre entre les responsables des deux pays viendra sanctionner un échange de visites régulier depuis le retour à la normale des relations bilatérales après une année de brouille diplomatique.

«Nous sommes pleinement mobilisés, Etat, opérateurs et entreprises pour conserver cette relation privilégiée entre nos deux économies», a déclaré Manuel Valls, Premier ministre français, lors d’un point de presse conjoint avec Abdelilah Benkirane jeudi. «Cette réunion a permis de définir ensemble une feuille de route bilatérale et de concentrer les efforts autour de quelques grandes priorités», a-t-il ajouté. Si parmi ces priorités, Valls a notamment cité le «combat commun contre le terrorisme et la radicalisation», il n’en est pas moins que les domaines qui ont fait l’objet d’accords entre les deux pays sont aussi nombreux que divers. Tour d’horizon.

Les deux pays ont signé une déclaration d’intention sur la coopération en matière d’éducation. Cet accord a pour objectif, entre autres, le développement des  sections internationales francophones dans les lycées du Maroc, le renforcement  de la formation des enseignants marocains du français, le renforcement de  la coopération en matière d’évaluation des politiques d’éducation ou encore l’appui au  développement de l’enseignement artistique au Maroc. Il a été signé par Najat Vallaud Belkacem, ministre française de l’éducation nationale, son homologue marocain Rachid Belmokhtar, ainsi que Lahcen Daoudi, ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de la formation des cadres.

Une fois n’est pas coutume, ces accords ont touché à un domaine peu reconnu au Maroc, celui de la recherche spatiale. Ainsi, le Centre national d’études spatiales (CNES) français d’une part, et le Centre royal  de télédétection spatiale (CRTS) et le Centre royal d’études et de recherches  spatiales (CRERS) d’autre part ont conclu un accord-cadre portant  sur le domaine de l’utilisation de l’espace extra atmosphérique à des fins pacifiques.

Le volet famille et solidarité a, lui aussi, connu la signature d’une déclaration d’intention entre les deux gouvernements avec l’objectif de favoriser l’échange d’expérience dans le domaine des droits des femmes, des droits des personnes handicapées ou encore de la protection de l’enfance.  Les ministres de la jeunesse et des sports des deux pays ont, par ailleurs, signé un programme d’échange portant sur la coopération en matière d’organisation de manifestations sportives internationales, de formation des cadres ou encore pour la mobilisation de fonds européens  au bénéfice des échanges de jeunes.

Une convention de prêt souverain de l’Agence française de développement (AFD) de 10 millions d’euros pour la  création d’un réseau d’Instituts de formation professionnelle aux métiers des  énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique (IFMEREE) a, en outre, été signée par Laurent Fabius, ministre des affaires étrangères, Anne Paugam, directrice générale de l’AFD, et Moulay Hafid  Elalamy, ministre de l’industrie, du commerce, de l’investissement et de  l’économie numérique. Le Maroc bénéficiera également d’une autre subvention de 500.000 euros de l’AFD pour l’extension de  l’Institut des métiers de l’aéronautique de Casablanca. Toujours dans le cadre des conventions signées avec l’AFD, Tamwil El-Fellah, filiale du Crédit Agricole, bénéficiera d’un prêt non souverain de 20 millions d’euros.
 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *