80% des 395 candidats sont de nouveaux venus : USFP, programme pour le long cours

80% des 395 candidats sont de nouveaux venus : USFP, programme pour le long cours

Le premier secrétaire de l’USFP a d’emblée donné le ton jeudi à Rabat lors de la présentation du programme de son parti en déclarant nettement et à plusieurs reprises que le plan d’action qu’il annonce est une stratégie pour le moyen et le long termes et non pas le produit des circonstances. Outre que cette déclaration est revenue souvent dans l’exposé d’Abdelouahed Radi, elle a été reprise par Fathallah Oualalou et Habib El Malki qui ont précisé les lignes générales déclinées par leur chef de file. Un maître mot a dominé cette présentation : la citoyenneté. Pour l’USFP, rien de stable et d’efficace ne pourra être entrepris si n’apparaît pas une citoyenneté qui amène à la participation au débat et à la gestion publics. Pour ce faire, il faut pousser plus en avant la réforme constitutionnelle en veillant à la concrétisation des dispositions de la loi fondamentale. Radi a relevé que le prochain Parlement aura à débattre d’une vingtaine de lois organiques et que celles-ci peuvent conduire à l’enrichissement du texte constitutionnel ou le vider de son contenu, selon l’usage qu’on en fait. La deuxième priorité du programme porte sur les réformes politiques et électorales, que le premier secrétaire de l’USFP a résumées par la moralisation. Il a ainsi appelé à la neutralité positive de l’administration dont le rôle, a-t-il dit, est de veiller à l’application et au respect de la loi. Le troisième type de réformes auquel il a déclaré donner de l’importance a trait à l’économique. Mais un économique qui dépasse le concept strict pour englober le social et le culturel. Abdelouahed Radi qui s’est dit satisfait de ce que quelque 97% des propositions de son parti aient été prises en considération par les différentes commissions chargées qui de la révision de la Constitution, qui des mesures préparatoires aux élections, a déclaré que son parti présente des candidats dans la totalité des 92 circonscriptions. Il a également déclaré que 80% des 395 candidats – dont les 90 de la liste nationale- sont de nouveaux venus aux fonctions électives et que sur 10 d’entre eux 8 sont des universitaires. Pour lui, ce renouvellement dominé par le rajeunissement est le mieux à même de garantir les libertés et les droits économiques, sociaux et culturels. «En tant que parti socialiste et démocratique nous nous devons d’œuvrer à la justice sociale, à l’égalité, à l’autonomisation qui réalise la dignité et à la bonne gouvernance», a-t-il conclu. Fathallah Oualalou a précisé que 22% des têtes de liste ont moins de 40 ans et mariés dans leur immense majorité, ce sont également des universitaires parmi lesquels les enseignants et les avocats sont moins nombreux qu’auparavant. Il a également déclaré que la plupart parlent des langues étrangères et que les jeunes usent de l’outil informatique. Habib El Malki, qui s’est attaché à développer les divers aspects de la citoyenneté en volets politique, économique, social et culturel, a déclaré que l’USFP appelle à la réinstauration du service civil afin d’alléger la pression du chômage. Il a également appelé à la scolarisation obligatoire dès l’âge de 5 ans et jusqu’à obtention du baccalauréat. Il a en outre estimé que la régionalisation est une donnée essentielle du développement et a appelé à l’institution d’un impôt exceptionnel de solidarité nationale.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *