A cause de la belle Jennifer, Khalfi lâché par les siens…

A cause de la belle Jennifer, Khalfi lâché par les siens…

Le public fou de la star est venu ce soir là très nombreux, il a vécu une soirée d’enfer et repartit heureux. Mais nos partis politiques, eux, sont encore sous l’effet de Jennifer. Il y en a qui aiment et défendent, d’autres qui dénoncent et demandent la tête des responsables et, enfin d’autres qui vont plus loin en évoquant, une fois de plus, la théorie du complot de prétendues puissances étrangères contre la société marocaine. En parcourant la presse, surtout arabophones de ce début de semaine, on a vite compris : Le sujet fait l’unanimité mais le traitement qui lui est réservé par les uns et les autres annonce une belle transe collective.

Pour commencer, et pour le plaisir des yeux de certains, la photo de la belle Jennifer en body échancré est placardée sur presque toutes les UNES des quotidiens arabophones histoire de savoir de qui et quoi on parle.

Une seule exception dans tout ce paysage : le quotidien Attajdid, proche du PJD, qui n’a pas osé publier la photo de la star américaine mais qui a choisi de crucifier sur sa UNE le DG de la chaîne 2M accusé d’être le diable en personne. La tonalité est dite. Et pour l’appuyer, le quotidien appelle à la barre, tour à tour, de grands témoins pour enfoncer Salim Cheikh notamment des artistes comme le chanteur Nouaamane Lahlou et la comédienne Fatima Ouachay. Plus loin, sur la rivière de la même UNE, Attajdid rend public le communiqué d’Attawhid Wal Islah où cette dernière, après avoir exprimé sa totale solidarité avec les frères musulmans d’Egypte (allez savoir pourquoi ?), appelle, pour le Maroc, à sanctionner sévèrement les responsables de la diffusion du concert de Jennifer Lopez sur la chaîne 2M.  

Les rédacteurs d’Attajdid feront, tout de même, dans le politiquement correct puisqu’ils ne donneront pas la parole aux voix qui, de l’intérieur même du PJD, exigent la démission de leur collègue, ministre de la communication, Mustapha Khalfi. Ces voix trouveront, en revanche, des échos sur d’autres supports notamment Akhbar Al Yaoum, Assabah et Al Akhbar qui citent des ténors du PJD comme Abdelaaziz Aftati, Khalid Rahmouni ou encore Abdessamad Idrissi.
Une fois n’est pas coutume, le parti de l’Istiqlal, bien que dans l’opposition, semble partager pour une fois l’avis de son rival. Le parti de Hamid Chabat, par la voix de son porte-parole Adil Benhamza, ne s’est pas fait prié pour bombarder le ministre de la communication.

Ce dernier, pour seule réponse, a préféré se lamenter sur son mur Facebook où il a promis que la HACA sera officiellement saisie pour enquêter. Mais M. Khalfi n’est peut-être pas seul contre tous dans cette bataille car, étrangement, il pourra compter sur le soutien, inattendu et insoupçonné de la gauche, en la personne de l’USFP qui annonce la couleur sur son quotidien arabophone Al Ittihad Al Ichtiraki qui, entre les lignes, met en garde contre la main mise d’esprits conservateurs sur la société marocaine…Visiblement avec le Mawazine, ça va balancer fort dans les jours qui viennent chez nos politiques…

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *