Abbas El Fassi boucle son mandat avec 241 milliards Dh

La Commission interministérielle des investissements a approuvé, durant la période allant de novembre 2007 à octobre 2011, un total de 291 projets d’investissement avec un coût global de 241 milliards Dh, marquant ainsi un bilan «très positif», a indiqué, mardi à Rabat, le chef de gouvernement. Abbas El Fassi, qui présidait la 11ème réunion de cette Commission, a précisé que ces projets permettront la création de 115.000 postes d’emploi directs et environ 300.000 postes indirects, relevant une prédominance des projets nationaux avec 76 %. Ces projets portent sur les infrastructures (45 %), l’industrie (30%), l’énergie (13 %) et le tourisme (8 %), a-t-il noté, ajoutant que la région de Doukkala-Abda s’est accaparé 27% de ces projets. Cette réunion a été consacrée à l’examen de 47 projets d’investissement avec un montant de plus 52 MMDH, qui permettront la création de 5400 postes d’emploi permanents et directs. Il a fait observer que ces investissements, qui seront réalisés dans diverses régions du Royaume, intéressent les infrastructures, le tourisme, l’énergie et l’industrie et que 82 % sont portés par des investisseurs marocains. Durant la période allant de novembre 2007 à mars 2011, la Commission a examiné 244 projets (189 MMDH) qui permettront la création de plus de 114.000 postes d’emplois directs, a-t-il relevé. «Ce bilan très positif témoigne des efforts déployés par le Maroc pour dynamiser les investissements en dépit des contraintes imposées par la conjoncture internationale, comme la flambée des cours du pétrole et des matières premières et la récession économique mondiale», a-t-il dit. Le gouvernement a adopté une stratégie tridimensionnelle basée sur l’anticipation, l’intervention immédiate et la dimension stratégique. Il a été procédé à la multiplication des investissements publics pour soutenir la demande intérieure, au renforcement du pouvoir d’achat par l’augmentation du revenu et à la création du Comité de veille stratégique pour appuyer les secteurs productifs touchés, permettant ainsi de préserver environ 100.000 postes stables d’emploi, a-t-il poursuivi.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *