Administration en congé, ne pas déranger !

Administration en congé, ne pas déranger !

Le «pont» offert par le gouvernement aux fonctionnaires vendredi a paralysé le marché boursier et bancaire

La Bourse et les banques étaient ouvertes vendredi dernier mais en vain en quelque sorte puisque l’administration manquait à l’appel.

L’administration a son rythme et l’impose aux autres. Les professionnels de la finance et du marché boursier ont dû l’apprendre à leurs dépens vendredi dernier. Tout commence quelques jours auparavant lorsque le ministère de la réforme de l’administration et de la fonction publique annonce tout bonnement qu’il a été décidé d’accorder un congé exceptionnel le vendredi 7 juin 2019 dans les administrations publiques, les collectivités territoriales et les établissements publics au cas où l’Aïd Al Fitr est célébré le mercredi 5 juin 2019. «Cette décision a été prisé en vertu des dispositions de l’article 3 du décret 2.05.916 publié le 20 juillet 2005», a poursuivi la même source. Sauf que cette décision allait être lourde de conséquences pour certaines activités dans les milieux bancaires et financiers.

Ainsi, la Bourse de Casablanca a informé «ses clients et partenaires qu’elle sera ouverte le vendredi 7 juin 2019 si le mardi 4 juin 2019 coïncide avec le dernier jour du mois sacré de Ramadan». Pourtant, la Bourse a a indiqué qu’en raison «de l’indisponibilité du système de règlement des opérations qui est assuré par un établissement public et pour qui la journée est fériée, le marché sera fermé à la négociation le vendredi 7 juin 2019. En effet, le dénouement des opérations ne pourra pas être réalisé conformément aux règles de gestion des risques et de garanties en vigueur».

Autrement, la Bourse et les banques étaient ouvertes vendredi dernier mais en vain en quelque sorte puisque l’administration manquait à l’appel. Difficile d’avancer pour le moment un coût financier pour ce décalage mais une chose est sûre : des opérations ne pouvaient pas avoir lieu alors que la reprise est attendue ce lundi. De son côté, Maroclear a diffusé, samedi dernier, un communiqué pour donner des clarifications sur la situation.

Alors que certaines informations donnaient cet organisme pour responsable, Maroclear a préféré botter en touche. «L’indisponibilité du système de règlement/livraison titres est due à la fermeture des services du SRBM (Bank Al-Maghrib), conséquence de la décision du gouvernement de rendre le 7 juin 2019 jour chômé au niveau des administrations et des établissements publics», explique-t-on ajoutant que «le système de règlement/livraison, cœur de l’activité de Maroclear, dans sa partie espèces, dépend de la disponibilité du SRBM».

La même source a conclu en outre qu’abstraction faite du SRBM, «les négociations de Bourse n’impliquent pas un dénouement le jour même, compte tenu du cycle d’ajustement et de dénouement des opérations en question fixé à J+3, J étant la date de négociation».

A noter enfin que les activités de change ont également été impactées par le pont octroyé par l’administration aux fonctionnaires. En effet, la séance de cotation du dirham était également suspendue. Une suspension qui veut dire que les opérations de commerce extérieur devaient aussi attendre le retour de l’administration de son congé exceptionnel, chômé et payé. No comment !

Dépositaire

Maroclear est le dépositaire central des titres au Maroc depuis 1997, en vertu de la loi 35-96 du 09/01/1997. Pour le compte de ses affiliés, il est ainsi chargé d’assurer la dématérialisation des titres et leur conservation.Il gère également le système de règlement livraison qui permet le dénouement des transactions, ainsi que l’administration de l’ensemble des événements liés à la vie d’un titre.

Il apporte la sécurité et la fluidité nécessaires au bon fonctionnement des processus post-marché. Il faut dire que Maroclear en tant que dépositaire central a pour mission la conservation des titres et la réalisation des transactions dans un cadre entièrement sécurisé.

Il met ainsi à la disposition de ses affiliés un système d’information pour répondre à la complexité et à la vitesse de développement des actifs gérés sur la place financière de Casablanca. Cela dit, il semble que cet organisme dépend à son tour de Bank Al-Maghrib pour pouvoir fonctionner.

Bourse

Les dernières données sur le marché boursier remontent à mardi dernier. Ainsi la Bourse de Casablanca avait clôturé en hausse mardi, portée notamment par les secteurs «Transport» et «Sylviculture et papier».

A l’issue de cette séance, le Masi, indice global composé de toutes les valeurs de type action, a pris 0,21%, à 11.034,35 points, et le Madex, indice compact composé des valeurs cotées au continu, a progressé de 0,23%, à 8.966,57 points. Concernant les indices internationaux, le FTSE CSE Morocco 15 s’est adjugé 0,70%, à 9.887,97 points, alors que le FTSE Morocco All-Liquid s’est bonifié de 0,24%, à 9.506,87 points.

Les secteurs «Transport» et «Sylviculture et papier» ont réalisé les plus fortes hausses, terminant la séance avec des gains de 5,92 et 1,78%. Le volume global des échanges de titres a atteint plus de 17 millions de dirhams (MDH), réalisé entièrement sur le marché central.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *