Ahmed Toufiq, le ministre indélogeable

Ahmed Toufiq, le ministre indélogeable

C’est l’un des visages connus du paysage religieux marocain. Depuis 2002, il occupe le poste de ministre des habous et des affaires islamiques. Personne ne s’attendait à sa reconduction à son poste au sein du gouvernement Benkirane, et pourtant c’est fait. Ahmed Toufiq, nommé mardi 3 janvier à la tête du ministère du culte par SM le Roi Mohammed VI, est ainsi à son troisième mandat consécutif, après les gouvernements de Driss Jettou et de Abbas El Fassi. Peu de temps avant les élections du 25 novembre et parallèlement au processus de concertation mené par le chef de gouvernement, M. Benkirane, pour la formation de sa majorité gouvernementale, M. Toufiq a figuré, à plusieurs reprises, à la Une des journaux. Mais ce n’était pas pour le citer parmi les technocrates donnés favoris pour occuper un poste ministériel. En fait, M. Toufiq avait fait face à l’un des mouvements de protestation des plus ardus. Plusieurs imams en colère sont descendus dans la rue pour revendiquer l’augmentation de leurs salaires et l’amélioration de leurs conditions de travail. Né le 22 juin 1943 à Marigha en Haut Atlas, le ministre des habous et des affaires islamiques est connu pour son appartenance à la confrérie des Boutchichis. A travers sa reconduction dans ses fonctions, c’est aussi le soufisme qui garde une place de choix dans le paysage religieux au Maroc. Après ses études primaires et secondaires à Marrakech, M. Toufiq a obtenu en 1968 une licence es-Lettres, option histoire, de la Faculté des lettres et des sciences humaines de Rabat. Il est également titulaire d’un certificat d’archéologie. Dans le domaine scientifique, M. Toufiq s’est distingué essentiellement par ses diverses contributions. En effet, il est l’auteur de nombreuses études et communications sur l’histoire du Maroc. Parmi ces études l’on peut citer notamment sa thèse magistrale sur la société marocaine au XIXème siècle – Inoultane 1850-1912 ( 1984), Islam et Développement, Les juifs de Demnat et le Maroc et l’Afrique occidentale à travers les âges. Il a également entrepris plusieurs activités scientifiques et collaboré à la rédaction de l’Encyclopédie du Maroc, un dictionnaire alphabétique des connaissances concernant le passé et le présent du Maroc. Il était aussi membre du comité de rédaction de la revue de la Faculté des lettres de Rabat et de l’Annuaire Bibliographique, le Livre Marocain et distingué en tant que romancier avec «Jarat Abi Mussa» (Les voisines d’Abi Moussa- 1997) puis «Assayl» (le torrent-1998) et «l’Arbre et la Lune». Pour ce qui est de son parcours professionnel, M. Toufiq ne s’est pas éloigné du domaine académique. Il a été vice-doyen de la Faculté des lettres de Rabat de 1976 à 1978 où il est professeur d’Histoire. Il a été, ensuite, nommé directeur de l’Institut des études africaines de 1989 à 1995, puis directeur de la Bibliothèque Générale de 1995 à 2002.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *