Amzazi se prépare à une rentrée scolaire «chaude»

Amzazi se prépare à une rentrée scolaire «chaude»

La rentrée scolaire promet d’être chaude. En tout cas, Saaid Amzazi, ministre de l’éducation nationale, de la Formation professionnelle, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, sait que de nombreux défis seront à relever dès la rentrée des classes. Parmi les anciens contractuels, devenus cadres des académies régionales de l’éducation, des voix commencent déjà à appeler à la grève dès la reprise ce qui ne manquerait pas de perturber la rentrée. A cela s’ajoute également le démarrage de la mise en œuvre des dispositions de la loi-cadre adoptée in extremis avant la trêve estivale du Parlement. Face à cette situation, la tutelle veut sonner la mobilisation. Dans ce sens, le ministre a présidé des réunions de coordination, en présence de Mohamed El Gharras, secrétaire d’État chargé de la formation professionnelle, avec les secrétaires généraux des secteurs de l’éducation nationale, de la formation professionnelle, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, la directrice générale de l’Office de la formation professionnelle et de la promotion du travail, les inspecteurs généraux du ministère, les présidents d’université, les directeurs de l’administration centrale et les directeurs des académies régionales de l’éducation, les directeurs régionaux des centres d’éducation et de formation, le centre de formation des inspecteurs de l’éducation et le centre de formation des cadres d’orientation.

Ces réunions de coordination ont été marquées par le discours du ministre, qui a mis l’accent sur la nécessité de la mise en œuvre des Hautes directives royales contenues dans les deux discours royaux à l’occasion de la Fête du Trône ainsi que le 66e anniversaire de la Révolution du Roi et du Peuple. Le ministère espère augmenter ainsi la cadence de réalisations des projets prioritaires et de préparer des plans d’actions avec comme principale préoccupation l’amélioration de l’efficacité du système d’éducation, de formation et de recherche scientifique. Les responsables ont en ligne de mire aussi la réduction des disparités tout en améliorant la qualité des services fournis aux citoyens à tous les niveaux. Le ministre a affirmé que le dernier discours royal avait placé le système éducatif, en particulier la formation professionnelle, au cœur du modèle de développement. La même source a fait savoir que cet objectif «nécessite de changer les idées reçues concernant la formation professionnelle et la mise en œuvre efficace de la feuille de route présentée à Sa Majesté le Roi Mohammed VI en avril dernier, notamment les mesures relatives à la création de «cités de professions et de compétences» et à l’expansion et à la diversification de l’offre de formation et de la révision du système d’orientation scolaire et professionnelle». Pour le responsable, il est question également d’élaborer une vision globale pour garantir une certaine «discrimination positive» en faveur du monde rural, notamment à travers la création de «villages d’apprentissage professionnel» dans le milieu rural.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *