Après Abou Ghrib, le massacre de Haditha

L’affaire du massacre des civils de Haditha en novembre dernier a pris une nouvelle tournure et elle risque d’emporter l’armée américaine dans un scandale plus grave que celui d’Abu Ghrib.
Jusqu’à présent, les réactions restaient dans le domaine privé, elles sont devenues publiques avec l’intervention de John Murth, membre démocrate de la Chambre des représentants, lui-même ancien marine. Ce vétéran du Vietnam a déclaré «que le massacre d’une vingtaine de civils irakiens était encore plus ravageur pour l’image des Etats-Unis dans le monde que le scandale de la prison d’Abou Ghrib».
Les faits remontent au 19 novembre dernier lorsque plusieurs sections de Marines traversaient en convoi la ville de Haditha au nord-ouest de Bagdad. La ville est une place forte de la résistance à l’occupation, elle était aussi avant l’intervention des Marines, un lieu de résidence d’Abou Moussab Al-Zarqaoui, chef de la branche irakienne d’Al-Qaïda. Un des camions saute sur une mine, un Marine est tué. Pour le venger, ses camarades mitraillent un taxi qui passait et font irruption dans deux maisons, tuant tous leurs occupants. Le bilan est très lourd, il dépasse les 25 morts par des femmes mais aussi des enfants. L’horreur à l’état pur !
L’armée américaine a étouffé l’affaire vu que le moment n’était guère propice pour sortir une bavure de ce calibre alors que le président américain ne cesse de répéter que son armée est en train de remporter sur le terrain, des batailles sans éclat mais décisives. Le drame a refait surface en janvier dernier.
Des images filmées sur place au lendemain du coup de force des Marines, par un étudiant irakien sortent de l’ombre grâce à l’intervention d’une organisation de défense des droits de l’Homme. Contactés par l’organisation qui leur fournit la vidéo, les journalistes du "Time" commencent à enquêter. Un capitaine des Marines chercha à les dissuader d’abandonner le sujet.
Dans un mail, il les a mis en garde contre des ragots «dignes de la propagande d’Aqi» (Aqi signifie Al-Qaëda in Irak). Mais les témoignages recueillis par le journal sont à la fois terrifiants et précis. «Je les ai regardés tirer sur mon grand-père, d’abord dans la poitrine puis dans la tête. Puis ils ont tué ma mamie», raconte une fillette de 9 ans.
Ensuite une deuxième version officielle a affirmé que les civils sont morts lors du feu croisé entre la patrouille et les attaquants.
Mais aujourd’hui une enquête du Pentagone est presque bouclée. Elle pourrait confirmer que les faits tels qu’ils se sont produits ont été délibérément maquillés par les Marines concernés et leur hiérarchie immédiate. Tous les indices semblent confirmer la faute de l’armée dans cette affaire. Ce qui explique la colère du démocrate, John Murtha :
«Nous ne savons jusqu’où il faut remonter dans la chaîne de décision, s’il faut aller jusqu’au général Pace. Quand a-t-il été informé ? A-t-il ordonné qu’on étouffe l’affaire? Je suis sûr qu’il ne l’a pas fait, mais alors qui a dit : on ne va pas en parler, on ne va même pas faire d’enquête ?.»

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *