novembre 24, 2017

 

Attentat : Acte manqué pour un kamikaze

Le nouvel attentat suicide perpétré ce mercredi matin, près de l’hôtel Hilton à Jérusalem-ouest, tue son auteur mais ne cause que trois blessés légers, a indiqué un porte-parole de la police. Il était 7h30 du matin lorsque le kamikaze a actionné sa charge agrémentée de clous et de morceaux de métal, au milieu d’un passage protégé près de l’hôtel. Un lieu qui serait, selon la radio de l’armée israélienne, proche de l’endroit où l’émissaire américain, Anthony Zinni, réside. Réagissant à ce nouvel acte terroriste, le Ministre israélien de la sécurité intérieure Uzi Landau, a souligné qu’il « souhaitait que tous les attentats-suicide se terminent par un bilan similaire »… Cette absence de morts serait en effet due, selon le maire de Jérusalem, au rôle de la police « qui a perturbé le projet d’attentat grâce à son dispositif serré ». Ehud Olmert, membre du Likoud, dirigé par Ariel Sharon, en a par ailleurs profité pour rajouter qu’il fallait liquider Yasser Arafat. « Il faut se débarrasser de lui, et non l’éliminer physiquement. Le terrorisme qu’il anime ne nous fera pas plier »… Ce nouvel attentat vaut en tout cas ce mercredi une nouvelle mise en garde de la part de l’Etat hébreu. « Si Arafat ne reprend pas rapidement les choses en main (…), a affirmé un porte-parole du ministère israélien des affaires étrangères, il est bien évident que c’est Israël qui devra le faire à sa place ». Pressé de toutes parts, le leader de l’Autorité palestinienne a quant à lui rétorqué qu’Israël usait « de tous les moyens dont il dispose pour poursuivre ses crimes, et s’en prend aux enfants et aux maisons », lors d’un entretien téléphonique mardi soir avec le ministre des affaires étrangères iranien Kamal Kharazi. Au niveau international, le porte-parole du Parti socialiste français, Vincent Peillon, a lancé un appel sur l’envoi d’une « force d’interposition internationale » au Proche-Orient, notant que dans le contexte actuel, l’appel au dialogue « n’a pas grand sens ». Depuis les quatre attentats de samedi et dimanche, qui ont fait 31 morts et plus de 200 blessés, Israël se livre à des représailles militaires d’une ampleur inégalée depuis 1994 contre les territoires palestiniens. Après les raids de lundi, deux chars israéliens ont fait mardi soir une incursion dans le nord de la bande de Gaza, après avoir effectué des tirs de mortier sur une colonie juive, selon une source de sécurité palestinienne. Un Palestinien a par ailleurs été grièvement blessé par des tirs israéliens à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *