Autonomie élargie : Un choix stratégique

Autonomie élargie : Un choix stratégique

Une initiative prise depuis 2007 par le Royaume

La proposition marocaine de l’autonomie élargie pour les provinces du Sud a définitivement permis au Maroc de consolider sa place en tant que partie crédible dans le processus onusien au Sahara. Depuis 2007, date de sa révélation, le projet d’autonomie élargie a été longuement salué par les membres influents de la communauté internationale. Il s’agit d’une initiative qui a également permis de fragiliser la position des ennemis de l’intégrité territoriale du Royaume. Ces derniers restent cramponnés à des thèses d’un autre âge qui font perdurer ce dossier depuis des décennies. C’est suite à un appel lancé par les membres du Conseil de sécurité de l’Organisation des Nations Unies (ONU) pour une solution politique négociée que le Maroc a rendu publique son initiative pour la négociation d’un statut d’autonomie des provinces du Sud dans le cadre de la souveraineté du Royaume et de son unité nationale. Plus concrètement, les populations locales pourront gérer elles-mêmes et démocratiquement leurs affaires à travers des organes législatif, exécutif et judiciaire dotés de compétences exclusives.

Elles disposeront des ressources financières nécessaires au développement de la région dans tous les domaines et participeront, de manière active, à la vie économique, sociale et culturelle du Royaume. Pour sa part, l’Etat conservera ses compétences dans les domaines régaliens, en particulier la défense, les relations extérieures et les attributions constitutionnelles et religieuses de la monarchie. L’initiative marocaine a réellement permis de relancer le processus sous l’égide de l’ONU sur de nouvelles bases dans le but justement d’aboutir à une solution politique mutuellement acceptable. Malheureusement, les autres parties impliquées dans ce sens, principalement l’Algérie et le polisario, ont depuis l’officialisation de la proposition marocaine, sapé tous les efforts pour trouver une solution durable.  Cela dit, les thèses séparatistes ne cessent de s’affaiblir depuis des années comme en témoigne le nombre croissant des Etats ayant retiré leur reconnaissance de la pseudo rasd.

Au même moment, la position marocaine ne cesse de se renforcer grâce à la crédibilité et au sérieux des institutions marocaines. La stratégie offensive lancée par le Maroc sur le plan diplomatique commence également à donner ses fruits. Le Royaume n’hésite plus à parler et aller à la rencontre de pays géographiquement lointains. Même les Etats qui jadis soutenaient la position des séparatistes, se montrent aujourd’hui plus compréhensifs de la position marocaine. Le retour du Maroc à l’Union Africaine a définitivement mis ses adversaires dans l’embarras.

Ce retour a également permis de montrer combien le Royaume demeure fort et respecté dans un continent où il est désormais perçu comme un véritable modèle et surtout un espoir. A noter enfin que l’ONU vient de confier à un nouveau diplomate le dossier du Sahara. Nommé en août dernier, l’envoyé personnel du secrétaire général des Nations Unies pour le Sahara, Horst Köhler, a effectué récemment sa première visite dans la région. Le Maroc fut la première étape dans ce périple. L’ancien président de la République fédérale d’Allemagne, de 2004 à 2010, a désormais pour mission de relancer les négociations entre les différentes parties du dossier.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *