Autonomie : La solution marocaine sérieuse et crédible

Autonomie : La solution marocaine sérieuse et crédible

L’initiative du Royaume ne cesse de recueillir depuis son annonce une forte approbation

Le Maroc a fait preuve d’un grand sens de responsabilité et de crédibilité en annonçant son initiative d’offrir une autonomie élargie aux provinces du Sud. C’est en 2005 que l’initiative est officiellement évoquée. A l’occasion du 30ème anniversaire de la glorieuse Marche Verte, Sa Majesté le Roi Mohammed VI fait une annonce importante.

«Fidèle à l’esprit de la Marche Verte qui a permis la libération du Sahara grâce à une mobilisation générale, et attaché à l’approche démocratique fondée sur l’implication de toutes les forces vives de la Nation dans la défense de la marocanité de son Sahara, Nous avons décidé de consulter les partis politiques, eu égard à leur rôle fondamental dans les grandes questions nationales, pour voir comment ils conçoivent concrètement l’exercice de l’autonomie dans le cadre de la souveraineté du Royaume, et ce, en vue d’affiner la proposition que le Maroc compte présenter à ce sujet», avait indiqué le Souverain. «Nous appelons de nouveau toutes les instances et les organisations nationales à remplir la mission qui leur incombe dans la mobilisation de l’opinion publique et l’encadrement effectif et sur le terrain des citoyens pour consolider leur adhésion massive, consciente et responsable à cette sage orientation, dans le cadre de l’unanimité nationale sans faille autour de la question nationale, et à mobiliser davantage de soutien international à cet égard.

Nous les exhortons, en outre, à davantage de vigilance et de mobilisation pour la levée du siège imposé à nos citoyens séquestrés dans les camps de Tindouf. En effet, leur avenir se trouve dans un Maroc démocratique, uni et à même de leur garantir toutes les conditions propices à l’exercice d’une citoyenneté pleine et entière et à une vie libre et digne», avait ajouté le Souverain. En novembre 2006, SM le Roi annonce dans un discours à l’occasion du 31ème anniversaire de la glorieuse Marche Verte : «Nous nous trouvons déjà à une étape avancée dans le processus de concertation engagé aux niveaux national et local. A cet égard, nous saluons de nouveau le sens élevé du devoir et la grande réceptivité dont ont fait preuve les partis politiques en présentant leurs propositions constructives à notre Majesté.

Nous tenons également à rendre hommage aux efforts sincères et hautement patriotiques que déploie le Conseil royal consultatif pour les affaires sahariennes -CORCAS-, président et membres, tant pour défendre la marocanité du Sahara que pour préparer un projet sur sa conception de l’autonomie, en vue de le soumettre à notre Majesté dans les semaines à venir. Nous aurons ainsi parachevé les concertations engagées avec la plus large base populaire possible, tant au niveau local que national, afin de mettre au point la mouture finale de la proposition du Maroc qui traduit les trois orientations fondamentales de notre politique intérieure et extérieure. Au niveau international, le Maroc réaffirme, par cette approche, sa volonté de continuer à honorer fidèlement son engagement pour une coopération franche et loyale avec l’Organisation des Nations Unies, son secrétaire général et le représentant personnel du responsable onusien, pour aider à trouver une solution politique consensuelle, recueillant l’adhésion sérieuse de toutes les parties concernées effectivement par le conflit». Quelques mois après, le Maroc a déposé à l’ONU son initiative. Ainsi, le 11 avril 2007, le Représentant permanent du Royaume du Maroc a remis une lettre transmissive de l’«Initiative marocaine pour la négociation d’un statut d’autonomie pour la région du Sahara». Depuis cette date, l’initiative du Royaume ne cesse de recueillir une forte approbation et une large adhésion à l’échelle internationale.

Ce fut le cas d’ailleurs, il y a quelques semaines à l’ONU (Organisation des Nations Unies). Le 31 octobre 2019, le Conseil de sécurité des Nations Unies a décidé à une écrasante majorité de proroger pour une année le mandat de la Minurso, tout en consacrant, une fois de plus, la prééminence de l’Initiative marocaine d’autonomie pour résoudre le conflit artificiel autour du Sahara marocain.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *