Ban Ki-moon pour la prorogation d’un an du mandat de la Minurso

Ban Ki-moon pour la prorogation d’un an du mandat de la Minurso

Son rapport préliminaire a été transmis aux membres du Conseil de sécurité

Il y a un élément qui risque d’envenimer les relations encore entre le Maroc et Ban Ki-moon. Ce dernier semble être décidé à réintégrer la composante civile de la Minurso dans son intégralité.

Très attendu, le rapport de Ban Ki-moon sur le Sahara marocain a été transmis, dans la nuit du lundi à mardi heure marocaine, aux membres du Conseil de sécurité. Il faut dire que le clash entre le SG de l’ONU et le Maroc n’est pas très perceptible dans le rapport transmis au Conseil de sécurité.

Au contraire, Ki-moon tente de calmer le jeu en réitérant «ses regrets pour le malentendu» né après ses propos lors de sa dernière visite dans la région.
Le principal fait marquant dans ce rapport est la demande faite par le responsable onusien aux membres du Conseil de sécurité pour la prorogation du mandat de la Minurso une année supplémentaire, soit jusqu’à la fin du mois d’avril 2017. Mais il y a un élément qui risque d’envenimer les relations encore entre le Maroc et Ban Ki-moon. Ce dernier semble être décidé à réintégrer la composante civile de la Minurso dans son intégralité. En effet, en pleine crise entre les deux parties, le Maroc avait demandé à des membres de la composante civile de la mission de paix de l’ONU déployée dans la région de quitter le territoire marocain. Mais le secrétaire général de l’ONU espère contraindre le Maroc à faire machine arrière. Notons tout de même qu’il s’agit encore d’une copie préliminaire du rapport transmis aux membres du Conseil de sécurité.

Autrement, aucune décision n’est encore prise dans ce dossier d’autant plus qu’une bonne partie des membres du Conseil de sécurité appuie la position marocaine. Un autre élément risque de marquer les délibérations du Conseil de sécurité sur le rapport la semaine prochaine.

Il s’agit de «l’autodétermination». Même si le rapport du responsable onusien ne comporte pas des mots ou des terminologies qui pourraient exacerber la tension avec le Maroc, du moins d’une manière frontale, la persistance avec laquelle Ki-moon évoque la question de «l’autodétermination» laisse perplexe. C’est d’autant plus vrai que le Conseil de sécurité et des puissances internationales comme les Etats-Unis d’Amérique ou encore la France ont ouvertement et publiquement affiché leur soutien à la proposition marocaine qui consiste à un plan d’autonomie élargie dans les provinces du Sud marocain. Plusieurs résolutions du Conseil de sécurité ont également loué le caractère crédible de la proposition marocaine. Il faut préciser par ailleurs que les autres parties n’ont rien proposé de nouveau alors que la proposition d’autonomie formulée par le Royaume en 2007 avait permis de franchir un nouveau pas vers la résolution de ce conflit qui n’a que trop duré.

A noter que la prochaine réunion du Conseil de sécurité sur l’affaire du Sahara marocain doit avoir lieu au plus tard la semaine prochaine. D’ici là, d’autres tractations peuvent avoir lieu dans les coulisses. La prochaine résolution du Conseil de sécurité sera très attendue sachant que les membres du Conseil de sécurité sont restés neutres dans la crise entre le Maroc et Ki-moon alors que ce dernier a tout fait pour obtenir une condamnation des mesures prises par le Royaume depuis le déclenchement de la crise. Pour rappel, c’est la Chine qui assume la présidence du Conseil de sécurité pour tout le mois d’avril.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *