BCIJ : Une cellule féminine de Daech débusquée

BCIJ : Une cellule féminine de Daech débusquée

Composée exclusivement de jeunes femmes terroristes s’activant dans plusieurs villes

Décidément, le Bureau central des investigations judiciaires n’aura aucun répit. Une vigilance accrue, une veille permanente et la traque semble ne jamais s’arrêter. Heureusement d’ailleurs pour le commun des Marocains. On savait que le répit n’est pas permis tant que la conjoncture, aussi bien sur le plan régional qu’international, sera tendue de la manière que l’on connaît. Depuis quelques mois, les démantèlements de cellules terroristes se succèdent à intervalles plus que réguliers.

Et tant que ce Daesh vit encore, on n’est souvent qu’à moitié surpris. Mais là c’est avec stupeur que l’on découvre, grâce à la compétence des éléments du BCIJ et de la DST, que l’intégration de la femme dans la société est remplacée par l’intégration de la femme dans l’univers terroriste de Daech !   Hier 3 octobre, les services concernés ont démantelé une cellule composée d’une bonne dizaine de jeunes femmes s’activant dans différentes villes du Royaume (Kénitra, Tan Tan, Salé, Sidi Slimane, Tanger, Oulad Tayma, Zagora et dans Sidi Ettaybi).

Ainsi, le BCIJ découvre chez l’une des suspectes des matières chimiques susceptibles d’être utilisées pour fabriquer des explosifs, en attendant une expertise plus approfondie. Ces jeunes femmes arrêtées, qui ont déjà fait allégeance au prétendu émir de Daech, sont volontairement impliquées dans l’agenda sanguinaire de l’EI en aspirant à effectuer des attentats suicides contre différents édifices au Maroc. D’autant que l’une des suspectes n’est autre que la sœur d’un terroriste qui s’est fait exploser en Irak début 2016. D’ailleurs parmi les jeunes femmes arrêtées il existe quelques-unes qui sont de la famille ou des proches de terroristes marocains dans les rangs de Daech.

Elles coordonnaient dans le cadre d’un plan destructeur avec des éléments de l’unité des opérations externes de Daech en Syrie et en Irak et dans d’autres pays. Et parallèlement, certaines des suspectes ont été chargées du recrutement d’autres femmes afin de renforcer les rangs du groupe terroriste, suivant sa stratégie visant l’élargissement des zones de recrutement au sein des différentes couches sociales. Certes, ces femmes arrêtées seront présentées devant la justice, mais cela ne signifie pas que le danger est écarté.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *