Benchaâboun met en relief la dimension sociale du PLF

Benchaâboun met en relief la dimension sociale du PLF

L’argentier du Royaume a présenté le projet de budget devant le Parlement

2,7 MMDH supplémentaires seront consacrés à l’activation de la régionalisation, la réforme de la justice, des Centres régionaux d’investissement et des caisses de retraites.

Ce sont 7 milliards de dirhams (MMDH) supplémentaires qui seront injectés dans les secteurs sociaux. En effet, le ministre de l’économie et des finances, Mohamed Benchaâboun, a tenu lors de la présentation du projet de loi de Finances devant le Parlement à mettre l’accent sur la dimension sociale et solidaire du budget 2019. Les crédits additionnels seront ainsi affectés aux programmes sociaux particulièrement dans les domaines de l’éducation et la santé, en application des Hautes directives de SM le Roi Mohammed VI. S’agissant des réformes, la même source a précisé que 2,7 MMDH supplémentaires seront consacrés à l’activation de la régionalisation, la réforme de la justice, des Centres régionaux d’investissement et des caisses de retraites.

Pour le ministre, l’ensemble de ces mesures aura un impact sur les besoins en financement du Trésor durant l’exercice 2019 estimé à plus de 27 MMDH. Les autorités du pays comptent ainsi recourir à des ressources additionnelles pour maîtriser le déficit. Concrètement, Benchaâboun a expliqué les dispositions prévues par le gouvernement en vue d’augmenter les ressources par l’amélioration du recouvrement de l’impôt sur les sociétés, parallèlement à l’adoption de nouvelles mesures permettant d’injecter des ressources supplémentaires estimées à 5,7 MMDH par rapport aux prévisions de 2018. Il s’agit principalement de mettre en place une contribution sociale de solidarité fixée à 2,5% des bénéfices des sociétés dépassant 40 millions de dirhams (MDH), une mesure, a-t-il dit, qui ouvre la voie à la mobilisation d’environ 2 MMDH au cours des deux prochaines années.

Selon M. Benchaâboun, il a été procédé à la révision de la stratégie des contributions de l’État dans certains établissements et entreprises publics, à travers une réforme structurelle progressive de ces entités de sorte à en améliorer la gouvernance et le modèle de gestion, et assurer la pérennité de leur contribution aux ressources du Trésor, l’objectif étant de leur permettre de recouvrer leur rôle essentiel dans la dynamique d’investissement public. Il s’agit aussi de céder les biens, les sociétés qui relèvent de ces établissements ainsi que leurs contributions non essentielles, sans omettre la rationalisation des charges d’exploitation et des dépenses de fonctionnement, la révision du modèle économique et financier de ces mêmes entités en vue d’accroître leurs propres ressources, a relevé le ministre, faisant savoir que ces mesures sont de nature à générer des ressources supplémentaires de 8 MMDH.

Il a d’autre part été procédé au financement d’une partie des projets d’investissement programmés dans le cadre du budget général de l’Etat en veillant à l’adoption d’un nouveau mécanisme de financement, basé sur le partenariat entre l’État et un ensemble d’acteurs institutionnels, a affirmé M. Benchaâboun. Ce mécanisme permettra de générer des financements d’un total de 12 MMDH d’investissements au titre de 2019 dans le cadre de l’effort visant à alléger le fardeau pesant sur le budget général de l’État et du maintien des équilibres financiers. Grâce à ces actions, le déficit budgétaire sera contenu à 3,7% sans tenir compte des ressources de la privatisation, a-t-il assuré, notant que l’accent sera mis sur la consolidation des équilibres des finances publiques, que ce soit au niveau de la mobilisation des ressources ou de la gestion efficace des dépenses publiques.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *