Benhachem présente des excuses aux magistrats

Benhachem présente  des excuses aux magistrats

Hafid Benhachem, le délégué général de l’Administration pénitentiaire et de la réinsertion, est contraint de s’excuser. Sa dernière sortie médiatique avait suscité la réaction du Club des magistrats qui a dénoncé une ingérence dans le pouvoir de la justice. En effet, il avait déclaré dans un entretien publié par un quotidien national au mois d’août qu’il y avait «un recours excessif à la détention préventive. Et qu’il y a des mesures alternatives que les juges doivent appliquer, mais ils ne le font pas». Mais cette affirmation a provoqué une levée de boucliers de la part des magistrats qui n’ont pas trop apprécié les propos tenus par le responsable. Cette réaction a poussé Benhachem a publié des précisions sur le sujet. Il a ainsi indiqué qu’il n’entendait pas, à travers ses déclarations au sujet du problème de surpeuplement des prisons, s’immiscer dans le pouvoir discrétionnaire des juges. Le délégué général a ajouté que si le Club des magistrats considérait ses propos comme tels, il exprime ses regrets et formule ses excuses à l’ensemble du corps des magistrats auxquels il dit vouer du respect et considérer comme étant un facteur fondamental de l’action de la délégation générale de l’Administration pénitentiaire et de la réinsertion. Dans ses précisions parvenues notamment à l’agence Maghreb Arabe Presse, il a fait observer que le surpeuplement des prisons est un problème réel, qui entrave les efforts de réforme entrepris, sachant que l’une des solutions possibles pour en réduire l’acuité, consiste en la construction de nouvelles prisons à une cadence bien plus élevée que celle de l’admission de nouveaux détenus dans les prisons.
Par ailleurs, la délégation générale a rappelle qu’au aucun effort n’est épargné pour aller de l’avant dans la réalisation des programmes de réformes et de gestion rationnelle du secteur pénitentiaire, conformément à la loi et dans le cadre de la coopération et du partenariat avec l’ensemble des secteurs concernés, en premier celui de la Justice, dont les magistrats constituent le pilier et une composante non moins importante que la délégation générale dans ses efforts pour assurer la réforme et la mise à niveau du secteur pénitentiaire.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *