Benkirane-Chabat : Place au règlement de comptes

Benkirane-Chabat : Place au règlement de comptes

La tension est montée d’un cran entre le PJD (Parti de la justice et du développement) et le parti de l’Istiqlal (PI). Le chef de gouvernement, Abdelilah Benkirane, a remis sur le tapis l’affaire des deux appartements que l’ancienne ministre et membre du comité exécutif du parti de l’Istiqlal, Yasmina Baddou, aurait achetés à Paris. Benkirane n’a pas nommé Baddou mais ses propos étaient suffisamment clairs pour que le message fasse son effet au sein du parti de l’Istiqlal. Pour les responsables du PI, c’est la provocation de trop.

Le groupe du parti de l’Istiqlal à la Chambre des représentants s’est même fendu d’un communiqué pour critiquer l’attitude du numéro un de l’Exécutif. «Le chef de gouvernement a lancé des déclarations dangereuses qui s’inscrivent dans le cadre d’une méthode de menace à l’encontre de l’institution législative d’une manière générale et vis-à-vis de l’opposition en particulier», annonce un communiqué du groupe parlementaire.

«Face à cette dangereuse escaladie, notre groupe demande aux autorités judiciaires d’ouvrir une enquête sur les accusations portées par le chef de gouvernement», ajoute la même source. Si les propos de Benkirane ont eu cet effet sur le parti de la balance, c’est qu’il a également affirmé devant le Parlement être au courant d’une liste de comptes en milliards sans donner plus de détails sur leurs détenteurs. Les deux anciens alliés qui sont pourtant les plus proches sur le plan politique se livrent à une guerre de déclarations et contre-déclarations depuis des mois.

Une guerre qui, semble-il, ne fait que commencer entre les deux parties, devenues au fil des jours de véritables ennemis. La confrontation devra même aller crescendo à mesure que les prochaines élections locales s’approcheront.
L’on se rappelle tous de la mobilisation générale décrétée par les deux formations politiques au cours des élections législatives partielles qui ont eu lieu dans la circonscription de Moulay Yacoub. Bien qu’il se soit soldé par la victoire du candidat de l’Istiqlal, ce premier round sera certainement suivi par d’autres. Le hic, c’est que cette confrontation est en train d’occulter le débat politique dans le pays. D’ailleurs, les déclarations de Benkirane ont été faites lors d’une séance mensuelle de questionnement consacrée à la paralysie du dialogue social. Le chef de gouvernement a ainsi profité de l’occasion pour défendre son bilan sur le dossier. Il est dans ce sens revenu sur l’application de l’accord du 24 avril 2011 entre le gouvernement El Fassi et les centrales syndicales. Ainsi, il a fait savoir que le gouvernement a alloué une enveloppe de 13,2 milliards de dirhams (MMDH) au titre de 2012, répartis entre 10,4 MMDH consacrés à la mise en œuvre des contenus du dialogue central et 2,8 MMDH à l’application des engagements issus de certaines sessions de dialogue sectoriel.

En 2013, plus de 4 MMDH ont été mobilisés pour la poursuite de la mise en œuvre des engagements de l’accord 2011, dont 3,23 MMDH alloués à la promotion dans l’échelle et le grade dans le cadre du nouveau quota (33%) et la fixation du plafond d’attente dans 4 ans pour la promotion au choix sans l’application du quota.

A cela s’ajoutent 800 millions de dirhams pour le règlement de la situation de certains corps des fonctionnaires d’Etat et employés des établissements publics. Pour ce qui est de l’application des engagements de cet accord dans le secteur privé, le chef de gouvernement a évoqué la hausse du Salaire minimum interprofessionnel garanti (SMIG) dans les secteurs de l’industrie, du commerce, des services et de l’agriculture (deuxième tranche).
L’Exécutif a également accordé aux adhérents de la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) qui sont mis à la retraite sans totaliser les 3.240 jours de cotisation requis, une indemnité équivalente à l’ensemble de leurs cotisations après actualisation en fonction de l’intérêt net moyen des dépôts de la caisse.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *