Bientôt des plaques des rues en amazigh

Bientôt des plaques des rues en amazigh

Un nouveau décret sur les dénominations des lieux publics entre en vigueur

Les ministères et les institutions de l’Etat avaient déjà commencé à inscrire leurs noms en lettres tifinagh depuis quelques années. Aujourd’hui, c’est au tour des communes de suivre le pas dans l’inscription des dénominations des voies et places publiques.

Les plaques de rue seront désormais inscrites en trois langues. En plus des inscriptions des noms de rues, places et autres lieux publics en caractères arabe et latin, les dénominations seront inscrites également en tifinagh. C’est ce qui ressort d’un nouveau décret qui vient d’entrer en vigueur. Dans les détails, le décret d’application relatif au schéma d’adresses dans les communes et la méthode de sa conception et mise à jour stipule dans son article 9 que les dénominations des places et voies publiques sont inscrites dans les deux langues officielles du Royaume en l’occurrence l’arabe et l’amazigh ainsi qu’en caractère latin. Jusqu’ici, les plaques en question dans les rues étaient inscrites uniquement en lettres arabes et latines mais ils semblent que les collectivités locales devront se mettre bientôt à remplacer les dizaines de milliers de plaques de rues par d’autres nouvelles incluant le tifinagh pour se conformer à la nouvelle loi organiques et ses textes d’application.

Pour rappel, la Constitution de 2011 avait fait de la langue amazighe une langue officielle pour le Maroc en plus de l’arabe. L’article 5 de la loi fondamentale du Royaume dispose ainsi que «l’arabe demeure la langue officielle de l’Etat. L’Etat œuvre à la protection et au développement de la langue arabe, ainsi qu’à la promotion de son utilisation. De même, l’amazigh constitue une langue officielle de l’Etat, en tant que patrimoine commun à tous les Marocains sans exception.

Une loi organique définit le processus de mise en œuvre du caractère officiel de cette langue, ainsi que les modalités de son intégration dans l’enseignement et aux domaines prioritaires de la vie publique, et ce afin de lui permettre de remplir à terme sa fonction de langue officielle». Les ministères et les institutions de l’Etat avaient déjà commencé à inscrire leurs noms en lettres tifinagh depuis quelques années. Aujourd’hui, c’est au tour des communes de suivre le pas dans l’inscription des dénominations des voies et places publiques. Il faut préciser par ailleurs que le nouveau décret d’application impose aux collectivités d’adopter dans leur ressort territoriales des plaques de rues unifiées utilisant les mêmes matériaux de fabrication, couleurs, dimensions et caractère de lettres.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *