bilan des 120 jours : Les premières confidences d’El Othmani

bilan des 120 jours : Les premières confidences d’El Othmani

Le chef de gouvernement le rendra public aujourd’hui

Pour chaque région, le programme de développement rural portera sur des projets d’une enveloppe globale d’environ 8 milliards DH qui seront financés à raison de 3,46 milliards DH par l’Etat, 3,3 milliards DH par la région, 900 millions DH par l’INDH et 400 millions DH par l’ONEE.

120 mesures en 120 jours! C’est aujourd’hui donc que le chef de gouvernement dévoilera ce qui a été fait depuis la nomination de l’équipe au mois d’avril. Le bilan des 100 jours, annoncé et attendu, devait être rendu public le 5 septembre. Mais selon Saad Eddine El Othmani, pour des raisons d’agenda et de congestion d’événements, il a été décidé de repousser l’échéance de quelques semaines. Du coup, «il a été procédé à une actualisation avec les dernières réalisations en date ce qui nous donne finalement un bilan sur 120 jours», confiait M. El Othmani dans une rencontre informelle avec quelques médias à la veille de la publication dudit bilan.

Evidemment, pour préserver son effet d’annonce, le chef de gouvernement a gardé jalousement au secret et jusqu’au dernier moment le contenu de ce bilan malgré les questions insistantes et relances «impertinentes» des journalistes. Il n’empêche qu’au fil de cette longue discussion à bâtons rompus, Saad Eddine El Othmani a levé le voile sur certains détails qui feront les grandes lignes de son annonce attendue aujourd’hui, lundi 11 septembre, en milieu d’après-midi. L’une d’entre elles ne sera autre que les détails du très attendu programme (et plan d’actions) qui sera adossé au fonds de développement agricole. La feuille de route de ce programme, explique le chef de gouvernement, est aujourd’hui finalisée. La liste et les détails des projets, région par région, ainsi que les modalités de financement sont aujourd’hui arrêtés et la mise en œuvre va démarrer. M. El Othmani a refusé d’aller plus loin, laissant la suite pour son annonce publique de ce lundi. M. El Othmani ne cache pas non plus sa fierté de voir que ce gouvernement a réussi en si peu de temps à donner corps à un programme qui avait été mis sur pied en 2015 mais qui attendait du contenu concret depuis deux ans. On sait aussi, entre autres confidences du chef de gouvernement que pour chaque région, le programme de développement rural portera sur des projets d’une enveloppe globale d’environ 8 milliards DH qui seront financés à raison de 3,46 milliards DH par l’Etat, 3,3 milliards DH par la région, 900 millions DH par l’INDH et 400 millions DH par l’ONEE.

Si le lancement de ce programme constituera une des annonces phares, il n’en demeure pas moins que parmi les 120 mesures répertoriées dans le bilan, le gouvernement réservera aussi quelques petites surprises nous dit M. El Othmani qui indique, là aussi sans aller dans trop de détails, le recadrage, par exemple, du programme Tayssir. Ce dernier consiste à accorder des aides financières directes aux familles nécessiteuses dans des communes pauvres afin de les inciter à maintenir leurs enfants à l’école et lutter, ainsi, contre le fléau de l’abandon scolaire. A ce titre, une récente évaluation réalisée par le gouvernement a montré que dans bien des cas, «ces aides profitaient aussi indûment à des familles qui ne sont pas dans le besoin simplement par le fait qu’elles habitaient dans les communes ciblées initialement», explique M. El Othmani.
Ce dernier annoncera donc, ce lundi, que les critères de ciblage du programme Tayssir sont en passe d’être corrigés et que, dorénavant, les aides seront adossées aux bases de données du Ramed pour un meilleur ciblage.

Si pour l’un comme pour l’autre de ces deux exemples, il s’agit de mesures qui vont toucher directement le quotidien de certaines catégories, le bilan comportera probablement des mesures peut-être moins spectaculaires mais importantes. C’est le cas de tout le travail qui est fait depuis plusieurs mois pour assurer la convergence des politiques publiques et le suivi rigoureux du programme gouvernemental. Une démarche à laquelle le chef de gouvernement semble attacher une attention particulière au point de mettre sur pied des commissions et cellules d’experts dédiées. Pour Saad Eddine El Othmani, en effet, l’efficacité de son équipe dépendra en grande partie du niveau de concertation et d’harmonisation entre les différentes politiques publiques…

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *