Bill Clinton présente les défis qui guettent le Maroc

Bill Clinton présente les défis qui guettent le Maroc

Création de l’emploi pour les jeunes, capitalisation sur les ressources halieutiques, cybersécurité et autres, tels étaient les différents points abordés, dimanche 24 février à Casablanca, par l’ancien président américain, Bill Clinton, qui a animé une conférence sur «Les défis des marchés émergents dans l’économie mondiale» sur invitation de l’Université Internationale de Casablanca (UIC). Tout en retraçant le schéma du processus de démocratisation dans lequel s’est engagé le Royaume depuis plus d’une décennie, l’ex-locataire de la Maison-Blanche a largement insisté sur l’importance du capital humain dans toute politique qui se veut efficace. Dans son allocution, Bill Clinton a affirmé, tout en s’appuyant sur le grand impact qu’a eu la crise financière éclatée aux Etats-Unis sur le reste des économies, que l’interdépendance du monde actuel fait que «que nous l’acceptions ou pas, nos avenirs sont liés». De ce fait, M. Clinton a recommandé au Maroc de répondre à un premier défi majeur et qui est de trouver une équation lui permettant de «réduire les écarts et les inégalités tout en récompensant les gens selon les efforts fournis». En sa qualité de Chancellor d’honneur du réseau mondial d’universités privées «Laureate International Universities», Bill Clinton trouve nécessaire pour le Maroc de faire face à la problématique du chômage, en s’appuyant sur la formation et sur un système éducatif adapté aux besoins des entreprises et exigences du marché du travail.
Le deuxième plus jeune président de l’histoire des Etats-Unis s’est dit également fier de l’ouverture et la tolérance religieuse du Maroc et a salué dans ce sens la récente restauration de la synagogue Slat Alfassiyine dans la médina de Fès. Selon lui, «accepter la différence et respecter le droit de l’autre à vivre dignement» est l’une des clés de la stabilité. «Le monde est motivé par un modèle aussi instable qu’épuisable», note Bill Clinton. Ici, le 42ème président des Etats-Unis fait référence aux différentes ressources sur lesquelles les différentes économies sont basées et au défi de faire face au réchauffement climatique et l’exploitation irrationnelle des ressources énergétiques. Dans ce sens, l’ex-président américain a salué la politique d’exploitation menée par le Maroc pour ses ressources. «Le Maroc dispose de 75% des réserves mondiales du phosphate. Votre pays n’a pas commis l’erreur qu’ont commise les pays du Golfe et réinvestit sagement ses richesses», affirme-t-il.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *