Bonbonnes de gaz

Bonbonnes de gaz

Les distributeurs des bonbonnes de gaz souhaitent revoir à la hausse la marge de leurs bénéfices. C’est ce qu’a indiqué à ALM Mohamed Benjelloun, président de l’Association nationale des distributeurs des bonbonnes de gaz. Selon ce dernier, l’augmentation souhaitée s’élève à 1,50 DH pour la bonbonne de 12 kilos, 0,80 DH pour la bouteille à gaz de 6 kg, et 0,40 DH pour celle de 3 kg. Une marge que l’association qualifie de «raisonnable» et seule capable de permettre au secteur de surmonter jusqu’à un certain moment la crise qu’il traverse. «Ceci sachant que ce taux est source de divergence chez certains distributeurs qui demandent une marge plus grande», précise M. Benjelloun. Ainsi, aujourd’hui les distributeurs des bonbonnes de gaz mettent la pression sur le gouvernement, lui donnant un délai d’un mois pour répondre à leur revendication. Une revendication soumise au gouvernement depuis 2005, estime M. Benjelloun, preuves à l’appui, mais retardée à chaque fois en considération à plusieurs facteurs : crise financière, tension sociale, situation des citoyens. «Mais là est venu le temps où l’on ne peut plus supporter les conditions qui se dégradent», déclare M. Benjelloun. Il explique : «Notre marge de bénéfice a rétréci depuis 1998, alors que depuis cette date un certain nombre de choses a changé, notamment les législations du travail, les allocations et charges sociales, l’AMO, les normes de sécurité, les coûts de production». Et d’ajouter : «Il y a le smig qui a augmenté depuis 1998, le gasoil qui est passé de 4,5 à 8,21 DH, les camions sont devenus plus chers, les pneus, les frais de l’Assurance maladie obligatoire…».
Ainsi, selon ce dernier, après la récente augmentation des prix du carburant, l’association s’est réunie avec les responsables au siège du ministère de l’énergie pour leur exprimer la situation. Par ailleurs, en ce qui concerne les récentes augmentations relayées par la presse et qui ont atteint des fois 3 DH, M. Benjelloun assure qu’«il n’y a jusqu’à ce jour aucune augmentation des prix de gaz, les prix sont toujours les mêmes» et ajoute que de telles augmentations anarchiques sont contre la loi, les coupables doivent en rendre des comptes.  
Concernant la Caisse de compensation, M. Benjelloun a indiqué que pour le mois de juin l’Etat subventionne le gaz à travers cette caisse à hauteur de 6.870,34 DH pour une tonne de gaz, ce qui signifie que l’Etat paye 82,44 DH pour chaque bonbonne de 12 kg. Ainsi le prix non subventionné de la bouteille de gaz pour le mois de juin (étant donné que les prix du gaz sur le marché international ne sont pas stables) est d’environ 120 DH. Et de conclure : «Le gouvernement doit penser à une réforme en soutenant directement les couches pauvres».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *