Burns réitère l’appui des USA au plan Baker

Les consultations engagées par les Etats-Unis après le 11 septembre, la situation au Proche-Orient et la position de Washington à l’égard de la question de l’intégrité territoriale du Maroc, ont été les principaux axes de la conférence de presse, mardi à Rabat, du secrétaire d’Etat américain adjoint pour les affaires du Proche-Orient, m. William Joseph Burns. Le diplomate américain qui a clos au Maroc une tournée de consultations au Maghreb a consacré une large part de sa conférence de presse à la situation au Proche-Orient, actuellement au devant de la scène internationale au point de reléguer au second plan la campagne américaine contre le terrorisme. William Burns a rappelé le rôle important joué par le Maroc dans la recherche d’une solution au conflit. Il s’est également inscrit dans la logique des déclarations de Georges W. Bush et de Colin Powell, en réitérant «la détermination» des Etats-Unis de faire «tout leur possible» pour traduire dans la pratique, la nouvelle approche américaine relative à la création d’un Etat palestinien à côté de l’Etat d’Israël. Le secrétaire d’Etat adjoint n’a pas manqué de lier la question à l’objet de sa visite dans la région. Pour lui, «il est temps» pour les Palestiniens et les Israéliens «qui ont beaucoup souffert» de prendre des engagements et «des décisions définitives contre les groupes extrémistes qui menacent la paix». Palestiniens et Israéliens devraient «renoncer d’urgence» à la violence et au recours à la force pour laisser place à l’action politique, car, a estimé le responsable américain, «ni l’utilisation de la force et pas plus que la violence ne peuvent permettre la concrétisation de la nouvelle vision américaine» dans la région. William Burns, dont la tournée dans la région vise essentiellement à poursuivre la campagne américaine de lutte contre le terrorisme, à travers le gel des fonds des groupes terroristes, l’échange d’informations et l’actualisation de l’arsenal juridique, s’est félicité de la «remarquable solidarité» dont le Royaume a fait preuve vis-à-vis des Etats-Unis après les attentats du 11 septembre. Il a réitéré la disposition de l’administration américaine à apporter son soutien aux pays de la région en matière de lutte contre le terrorisme et le financement des activités terroristes. Concernant la question de l’intégrité territoriale du Maroc, la position américaine «d’appui ferme» aux efforts des Nations-Unies pour parvenir à une solution, a été réitérée par William Burns. Il a également souligné «l’appui total des Etats-Unis d’Amérique» à l’action de James Baker, le représentant personnel du secrétaire général des Nations Unies, pour «trouver les moyens de négocier en vue de parvenir à une solution». Sur le plan strictement bilatéral, William Burns a examiné avec les responsables marocains les possibilités pour les Etats-Unis de contribuer au développement de l’économie marocaine et d’appuyer le programme qualifié de «courageux» de libéralisation économique en cours dans le pays.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *