Casablanca : commémoration de l’anniversaire du soulèvement de 1952

Casablanca : commémoration de l’anniversaire du soulèvement de 1952

Un meeting a été organisé, jeudi, à Casablanca en commémoration du 65ème anniversaire du soulèvement de la ville Blanche contre l’occupant français, suite à l’assassinat du syndicaliste maghrébin Ferhat Hechad et en solidarité avec le peuple tunisien frère endeuillé par la perte d’un grand leader.

Le Haut-commissaire aux anciens résistants et anciens membres de l’armée de libération, Mustapha El Ktiri, a souligné, à cette occasion, les significations profondes des événements des 7 et 8 décembre 1952, qui rappellent l’esprit d’unité et de solidarité régnant entre les peuples maghrébins.

Au cours de ce meeting, qui s’est déroulé au siège de la préfecture des arrondissements Ain Sebaa-Hay Mohammadi, M. El Ktiri a expliqué que la célébration de cette épopée est une occasion pour mettre en exergue le véritable militantisme et la conduite exemplaire ayant constamment marqué les liens entre les Etats maghrébins, sur la voie de l’édification d’une union solide et au service des peuples.

Ce genre d’événements doit constituer une source d’inspiration et d’espoir pour la réalisation du vœu d’unité et d’intégration que caressent les générations successives dans la région depuis des décennies, a-t-il considéré.

L’enseignement fondamental de ce soulèvement est d’inculquer aux générations présentes et futures le sens de la solidarité et de sacrifice ayant guidé les actions des nationalistes marocains pour exprimer leur colère contre l’assassinat du leader tunisien Ferhat Hechad, a-t-il fait remarquer.

Les manifestations et l’Intifada de Casablanca a eu pour effet de redynamiser la résistance contre l’occupation, qui va faire tâche d’huile dans les autres régions du Royaume, amenant les forces colonisatrices à déporter le Sultan Mohamed Ben Youssef, le 20 août 1953, a-t-il encore rappelé.

La commémoration de cet anniversaire réaffirme l’attachement du Maroc à maintenir des relations fraternelles et constructives avec ses frères maghrébins, en vue de rattraper le temps perdu et dépasser les divergences entravant la construction d’un véritable espace économique dans la région et l’accomplissement d’un développement global.

Lors de ce meeting, un hommage a été rendu à des anciens résistants et à des anciens membres de l’armée de libération nationale, alors que des aides matérielles (don en espèce et soutien à l’auto-emploi) ont été accordées aux familles d’anciens résistants, en reconnaissance aux sacrifices consentis pour affranchir la patrie du joug de l’occupation.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *