Célébration de la Fête de la Jeunesse : Pour un modèle de développement par et pour les jeunes

Célébration de la Fête de la Jeunesse : Pour un modèle de développement par et pour les jeunes

Non seulement les jeunes sont appelés à être au cœur du modèle de développement mais leur implication dans la gestion de la chose publique et la participation politique sont plus que jamais requises.

La célébration de la Fête de la Jeunesse cette année arrive dans un contexte assez particulier où le Maroc mène une réflexion sur son modèle de développement. Un modèle où les jeunes sont appelés à jouer un rôle important puisqu’ils représentent le futur du pays. C’est pour cette raison que les femmes et les hommes de demain seront au cœur de ce futur modèle de développement. C’est d’ailleurs la volonté de Sa Majesté le Roi Mohammed VI qui avait indiqué dans un message adressé au troisième forum parlementaire sur la justice sociales, qu’il «appartient à tous les acteurs impliqués dans cet effort de réflexion de prendre en considération les mutations à l’œuvre au sein de la société marocaine, en plaçant la question de la jeunesse au cœur du modèle de développement recherché». Non seulement les jeunes sont appelés à être au cœur du modèle de développement mais leur implication dans la gestion de la chose publique et la participation politique sont plus que jamais requises.

C’est ainsi que le Souverain avait demandé dans le dernier discours adressé à la Nation, à l’occasion de la Fête du Trône, aux partis politiques de s’ouvrir davantage sur les jeunes. Il faut dire que les jeunes sont au cœur des préoccupations et les politiques publiques tentent depuis de longues années de leur conférer une place importante pour la participation dans l’édification d’un Maroc prospère et démocratique. Très tôt le Maroc a montré un intérêt pour la jeunesse à travers la mise en place de structures dédiées. C’est ainsi que Feu SM Hassan II a annoncé le 8 juillet 1990, à l’occasion de la Fête de la Jeunesse, la création du Conseil national de la jeunesse et de l’avenir. Organisme consultatif par excellence, il a été chargé de contribuer à l’adaptation des systèmes d’éducation et de formation aux besoins de l’économie du pays, à la préparation adéquate de l’avenir des jeunes marocains et à la réalisation de leur insertion dans le système productif national. Les missions du Conseil national de la jeunesse et de l’avenir étaient multiples, notamment les recherches, études, réflexions et propositions. Celles-ci devraient être initiées dans un cadre consultatif et représentatif des différentes composantes économiques, sociales et culturelles de la société marocaine. Aujourd’hui, un autre organisme doit prendre le relais. En effet, la Constitution de 2011 avait institué la création du Conseil consultatif de la jeunesse et de l’action associative. Une loi portant création de cette instance a été adoptée par le Parlement il y a quelques mois. La mise en place du Conseil doit donc intervenir bientôt.

Très attendue, cette nouvelle structure officielle dédiée aux jeunes se compose d’une instance dédiée aux questions des jeunes et une autre en charge des dossiers liés à la société civile. L’une des premières missions qui seront confiées à ce Conseil  concernera l’examen et la validation de la nouvelle politique intégrée en faveur des jeunes. Pour rappel, le Souverain avait appelé en octobre 2017, à l’occasion de l’ouverture de la session parlementaire d’automne, à l’élaboration d’une nouvelle politique intégrée de la jeunesse.

Quelques semaines par la suite, le gouvernement avait dévoilé les grands contours de ladite politique. Concrètement, il s’agit pour les responsables de revoir les choix des politiques publiques destinées aux jeunes et de réorienter l’offre publique sur la base des attentes et aspirations des jeunes dans le but de faciliter leur intégration.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *