Cellule d’embrigadement de marocains au Sahel: 27 personnes, dont un Malien, déférées devant la Cour d’appel à Rabat

Cellule d’embrigadement de marocains au Sahel: 27 personnes, dont un Malien, déférées devant la Cour d’appel à Rabat

La Brigade nationale de la police judiciaire (BNPJ) à Casablanca a déféré, jeudi, devant le procureur général du Roi près la Cour d’appel à Rabat, 27 personnes, dont un Malien, membres d’une cellule active dans l’embrigadement et l’enrôlement de jeunes marocains imprégnés des idées d’Al Qaïda, dans le dessein de les envoyer dans la région du Sahel pour le soi-disant jihad.
Selon une source judiciaire, les prévenus seront poursuivis, chacun en ce » qui le concerne, pour « constitution d’une bande criminelle pour préparer et commettre des actes terroristes dans le cadre d’un projet collectif visant à porter atteinte à l’ordre public, non dénonciation d’actes terroristes, financement du terrorisme en utilisant des fonds pour commettre un acte terroriste, incitation d’autrui à commettre un crime terroriste, appartenance à un groupe religieux interdit et tenue de réunions sans autorisation préalable ».
Les services de sécurité ont réussi, le 24 novembre dernier, à démanteler cette cellule composée de plusieurs membres opérant dans les villes de Nador, Casablanca, Guercif, Laâyoune, Kalâat des Sraghna, Beni Mellal et Berkane.
Selon un communiqué du ministère de l’Intérieur, les investigations ont établi que dans le cadre de leurs activités extrémistes, les chefs de cette cellule ont pu, depuis des mois, envoyer plus de 20 volontaires marocains -dont les identités ont été déterminées- pour le jihad dans les rangs d’Al Qaïda dans le Maghreb islamique (AQMI) et son allié le Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest (Mujao) au nord du Mali, où ils suivaient des entrainements militaires en vue de les associer à des opérations terroristes dans la région.
Concernant le financement de ce réseau, les investigations ont démontré que deux membres de cette cellule sont impliqués dans le transfert d’importantes sommes d’argent en devise et en monnaie marocaine, avec la complicité d’un ressortissant malien qui s’est rendu au Royaume dans le but de couvrir les frais de voyage vers le nord du Mali.
Les mis en cause devront être traduits, ce jeudi, devant le juge d’instruction chargé des affaires de terrorisme auprès de l’annexe de la Cour d’appel à Salé, pour audition préliminaire.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *