Changements climatiques: Stéphane Le Foll voit l’agriculture comme solution…

Changements climatiques: Stéphane Le Foll voit l’agriculture comme solution…

Décidément, l’adaptation de l’agriculture aux changements climatiques est au centre des débats et discussions au Salon international de l’agriculture au Maroc (SIAM 2016).


Un sujet qui a particulièrement interpellé Stéphane Le Foll, ministre français de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt. Il a déclaré à ce titre: «l’agriculture doit être perçue comme étant une partie de la solution pour la lutte contre le réchauffement climatique et non pas un problème». Selon lui, «il n y a pas d’autre secteur que l’agriculture et la forêt qui soient en capacité de stocker du carbone, car la baisse des émissions du carbone et du gaz à effet de serre est un enjeu pour la réduction de ces émissions».

Ainsi, réagissant en marge d’une conférence ministérielle sur l’adaptation de l’agriculture africaine aux changements climatiques, il a également souligné que pour réduire le stock des gaz à effet de serre dans l’atmosphère, il faut capter du carbone et le stocker à travers la forêt et l’agriculture qui sont les deux activités qui permettront demain de le stoker.

M. Le Foll a, de même, constaté que la dégradation des sols dans l’Afrique constitue un enjeu colossal, précisant qu’il avait proposé lors des entretiens tenus jeudi matin avec le ministre de l’agriculture et de la pêche maritime, Aziz Akhannouch, un secrétariat franco-marocain à Marrakech pour que l’initiative 4 pour 1.000 soit prête pour être mise en œuvre à l’échelle de la planète lors de la COP22, prévue en novembre prochain à Marrakech.

A noter que cette conférence a été marquée par la participation de 15 ministres d’Europe et d’Afrique. Un évènement qui a exploré les actions entreprises en faveur de l’agriculture et la sécurité alimentaire dans la perspective de la COP22. Il a connu outre la participation de Spéphane Le Foll celle d’Isabel Garcia Tejerina, ministre espagnole de l’agriculture et de l’environnement, ainsi que celle de 15 ministres de différents pays africains.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *