Climat des affaires au Maroc : Gouvernement et patronat à la recherche d un nouveau départ

Climat des affaires au Maroc : Gouvernement et patronat à la recherche d un nouveau départ

Abdelilah Benkirane, chef de gouvernement, et Miriem Bensalah Chaqroun, présidente de la CGEM, ont tenu, mercredi 19 septembre à Casablanca, une réunion avec les chefs d’entreprise affiliés à la Confédération. Ont figuré à l’ordre du jour de cette réunion l’examen de nombre de questions relatives à l’amélioration du climat des affaires, le soutien de la compétitivité des entreprises nationales et faire face aux problèmes structuraux dont pâti l’entreprise. Il a également  été question de l’élaboration d’une nouvelle vision pour faire décoller l’économie nationale.  
Selon un communiqué de la Primature publié à l’issue de cette réunion, le chef de l’Exécutif a souligné l’importance d’une telle rencontre, s’inscrivant dans le cadre d’un perpétuel et sérieux échange entre le gouvernement et les acteurs économiques et sociaux. Et ce dans un contexte marqué par la conjoncture particulière que traverse l’économie internationale et les principaux partenaires du Maroc, M. benkirane a appelé à la mobilisation collective, la solidarité et la complémentarité.
«La tenue de cette rencontre confirme la volonté commune pour la mise en œuvre des dispositions du mémorandum signé le 6 mars 2012 entre le gouvernement et la CGEM, consacrant l’approche participative et la concertation basée sur la confiance mutuelle entre le gouvernement et le secteur privé», a indiqué le chef de gouvernement. M. Benkirane a ajouté que cette réunion fait suite à celle tenue en août dernier qui a abordé les moyens et les mécanismes du renforcement du dialogue et du partenariat entre les secteurs privé et public.   
Par ailleurs, il a évoqué les dernières réunions tenues avec les responsables des syndicats les plus représentatifs, précisant que les rencontres se sont déroulées dans un climat responsable et de forte compréhension des contraintes actuelles. M. Benkirane a affirmé, dans ce sens, que le gouvernement est prêt à ouvrir le dialogue avec les partenaires sociaux sur les grands dossiers qui concernent la classe ouvrière comme la protection sociale, les mutuelles, les régimes de retraite ainsi que la Caisse de compensation. D’autre part, il a réitéré l’engagement du gouvernement à travailler avec la CGEM dans un cadre basé sur la clarté et la transparence pour la concrétisation de la feuille de route élaborée. Il a ainsi appelé le patronat à jouer le rôle d’une force de proposition pour mieux exploiter les opportunités  aux niveaux national et international pour garantir l’envol de l’économie nationale et son développement selon un modèle basé sur les acquis propres au Maroc et sa capacité à attirer les investissements.
Dans ce sens, il a rappelé les chantiers de réforme initiés par le gouvernement depuis la signature du mémorandum d’entente. Ces chantiers concernent notamment la justice, la Caisse de compensation et le système fiscal, ainsi que la loi sur la concurrence. De plus, il a évoqué la mise en place, par le comité national de l’environnement des affaires, d’un plan de travail annuel et l’approbation d’un ensemble de projets par le comité national des investissements, voire la création d’un comité interministériel pour traiter des obstacles dont souffrent certains investissements, outre la mise en place de mesures pour simplifier les procédures relatives au domaine fiscal et à l’accès aux marchés publics.
A cette occasion, M. Benkirane a vivement rappelé qu’outre la veille procurée par le gouvernement pour ajuster les équilibres économiques, celui-ci tend à concentrer ses efforts sur l’appui à la compétitivité, parce qu’elle est susceptible de hisser les taux de croissance, de trouver des opportunités d’emploi, d’améliorer et varier les importations, ainsi que récupérer les parts des entreprises au marché interne.
Le chef de gouvernement a estimé que cette rencontre devrait constituer un nouveau point de départ pour œuvrer de concert dans ce sens. Ceci en mettant en œuvre le mémorandum d’entente et en entreprenant la programmation immédiate des réunions de groupes de travail commun dont il est convenu et qui concernent la compétitivité, la petite et moyenne entreprise, le climat des affaires, l’emploi et la formation, ainsi que l’entreprise et l’entourage extérieur.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *