Climate Chance : La mobilisation continue…

Climate Chance :  La mobilisation continue…

Plus de 5.000 acteurs non-étatiques ont répondu présent au Sommet

Cette édition permettra d’approfondir les enjeux du continent africain, et plus largement les pays du Sud, à travers des regards croisés sur des réponses proches ou des approches différentes d’un même enjeu, et couvriront tous les champs d’action.

Le Sommet Climate Chance s’est ouvert lundi matin à Agadir en présence de plus de 5.000 participants venus de 80 pays, et plus de 400 intervenants, pour évaluer le progrès des actions concrètes mises en place par les acteurs non-étatiques pour lutter contre les changements climatiques.
Le coup d’envoi a été donné à la deuxième édition du Sommet Climate Chance, qui a vocation à devenir le rendez-vous annuel de l’ensemble des acteurs non-étatiques engagés dans la lutte contre le dérèglement climatique.
La plénière d’ouverture de ce Sommet mondial, organisé sous le Haut patronage de SM le Roi, a permis de poser le cadre de l’évènement qui réunit les acteurs non-étatiques (collectivités territoriales, entreprises, associations, syndicats, fédérations professionnelles, organisations non-gouvernementales, organismes scientifiques, bailleurs, citoyens engagés pour le climat) et de faire le point sur l’état d’avancement des négociations climatiques avec les grands acteurs de l’Accord de Paris et de la COP22, notamment suite à l’annonce du retrait des Etats-Unis.

Cette plénière a constitué une occasion pour faire le point sur le progrès de l’action des acteurs du climat, et de montrer le chemin parcouru depuis l’édition 2016 de Climate Chance tenue à Nantes en France.
Plusieurs intervenants se sont succédé pour faire un état des lieux de la mobilisation des acteurs non-étatiques, du progrès de l’action, des difficultés rencontrées mais surtout des axes d’actions existants et des solutions envisageables, dont notamment Patricia Espinosa, secrétaire exécutive de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC), Brahim Hafidi, président de la région du Souss-Massa, Ronan Dantec, président de l’Association Climate Chance, sénateur de Loire Atlantique, Aziz Akhannouch, ministre de l’agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts, Aziz Rabbah, ministre de l’énergie, des mines et du développement durable, Hakima El Haité, championne de haut niveau pour le climat, et Salaheddine Mezouar, président de la COP22.
Ce dernier a souligné dans son intervention que ce Sommet organisé à Agadir est un message d’une région du Maroc sur l’engagement de l’ensemble des régions du Royaume en faveur du climat, et qui est une véritable politique adoptée par le Maroc devenu aujourd’hui un acteur engagé et déterminé pour la cause climatique sur la scène internationale grâce à la vision éclairée de Sa Majesté le Roi.

Initié par la région du Souss-Massa et l’Association Climate Chance, ce Sommet s’organise autour de différents formats avec des plénières thématiques autour de grands sujets réunissant des personnalités clefs de l’action climatique internationale, dialogues de haut niveau avec les champions pour le climat, focus sur des initiatives mobilisatrices, forums et ateliers autour de la mobilisation et l’accélération de l’action climat, et fera un tour d’horizon complet de l’état de l’engagement des acteurs non-étatiques.
Le programme de cette édition permettra d’approfondir les enjeux du continent africain, et plus largement les pays du Sud, à travers des regards croisés sur des réponses proches ou des approches différentes d’un même enjeu, et couvriront tous les champs d’action : transport, énergie, bâtiment durable, agriculture, planification territoriale, océan et littoral, éducation.

En effet, l’Accord de Paris puis la COP22 ont placé les acteurs non-étatiques au cœur de la mise en œuvre de l’objectif mondial pour maintenir le réchauffement climatique en deçà de 2° Celsius à travers les engagements nationaux matérialisés, notamment par les initiatives du secteur privé.
Ce Sommet qui se tient jusqu’au 13 septembre vient pour renforcer les capacités des acteurs non-étatiques, et constitue une opportunité et un levier central pour développer l’innovation climat, le transfert technologique et favoriser la création de nouvelles richesses et d’emplois durables dans les territoires.

L’avenir du monde passe par l’Afrique

Le continent africain est particulièrement exposé au risque des changements climatiques. Il est aussi celui qui peut donner une partie des réponses dont le monde
a besoin.

L’organisation de cette seconde édition au Maroc démontre une volonté de mettre l’Afrique au centre des débats et lui ouvre une tribune de choix. Le continent africain est particulièrement exposé au risque des changements climatiques.

Il est aussi celui qui peut donner une partie des réponses dont le monde a besoin. C’est pourquoi l’accent est mis tout particulièrement sur ses enjeux et sur les questions de migration et de développement, de financement de l’adaptation et des défis pour les villes africaines. Le Sommet Climate Chance est une opportunité pour prendre part aux différents chantiers entamés dans ce sens, connaître les avancées et les perspectives offertes par le continent africain. Dans cette optique, la deuxième journée de ce Sommet est dédiée à l’action des élus locaux africains. Leur appel, qui fera écho à l’initiative américaine «We are still in», et soutenu par les grands réseaux mondiaux de collectivités, aspire à faire entendre leur voix, mettre en évidence leurs propres engagements et lancera le point de départ du renforcement du travail en commun entre tous les acteurs du continent.

Une programmation à la hauteur de la complexité de la question climatique

Afin de répondre aux objectifs du Sommet, la programmation tient compte de la diversité des problématiques liées aux questions du changement climatique. Afin de faire un tour d’horizon, englobant négociations climatiques, actions concrètes et perspectives d’avenir, le sommet est décliné en plusieurs formats, afin de créer un véritable lieu de synergies et de rencontres, représentatif de l’ensemble des acteurs non-étatiques impliqués dans la lutte contre le réchauffement climatique.

5 plénières pour approfondir le débat

Les plénières réunissent des personnalités clés de l’action climatique internationale pour débattre autour de grands sujets d’actualité liés au climat. La plénière d’ouverture «2 ans après l’Accord de Paris :
où en est-on de sa mise en œuvre ?» a permis de savoir où en sont les négociations climatiques depuis l’adoption de l’Accord de Paris avec les grands acteurs de la COP21 et de la COP22.
Tout au long des plénières, des intervenants de haut niveau se succéderont pour faire un état des lieux de la mobilisation des acteurs non-étatiques, du progrès de l’action, des difficultés rencontrées mais aussi et surtout des axes d’actions existants et des solutions envisageables. La plénière de clôture qui se tiendra le mercredi 13 septembre fera le bilan du sommet, présentera la déclaration d’Agadir des acteurs du climat et donnera un aperçu des prochaines étapes dans l’agenda international des acteurs non-étatiques.

5 «dialogues de haut niveau»
Sous la forme de sessions interactives, ces dialogues de haut niveau permettront aux représentants des grands réseaux d’acteurs d’échanger aux côtés de personnalités clés sur des sujets spécifiques des négociations climat tels que les avancées du Partenariat de Marrakech pour l’Action climat mondiale (MP-GCA), ses interconnexions possibles avec les objectifs du développement durable, en présence de la championne du climat Hakima El Haité, ou encore le Plan action Genre qui sera présenté lors de la COP23. Un dialogue portera également plus spécifiquement sur l’Observatoire de l’action climatique non-étatique porté par l’Association Climate Chance.

16 Forums
Il s’agit de réunions annuelles des coalitions thématiques fédérées autour de l’Association Climate Chance : énergie et territoires ; mobilité et transport ; agriculture, eau et climat ; coopération décentralisée et partenariats ; financements, planification territoriale ; océan et littoral ; transition énergétique et emploi, gouvernance multi-acteurs/multi-niveaux ; bâtiment durable ;
éducation ; économie circulaire ; culture et climat ; adaptation et résilience ; francophonie et climat.
L’an dernier à Nantes, des feuilles de route ont été établies et Agadir sera un premier point d’étape.

15 Focus

Sous la forme de points d’étapes, les focus présenteront des initiatives lancées pour la plupart par la présidence marocaine de la COP22, telles que les initiatives triple A, Oasis durable ou encore la Ceinture bleue. D’autres initiatives telles que le 4 pour 1000 et le Terrawatt auront leur place aux côtés de nouvelles à l’instar de l’Alliance urbaine durable africaine ou encore « We are still in » sur la mobilisation des acteurs climat américains.

80 ateliers pour l’action et le partage

A travers la présentation des initiatives et des actions innovantes liées au changement climatique, les ateliers démontreront l’avancée de l’action et dresseront un panorama représentatif des perspectives selon les différentes régions du monde. Réunis sous forme de thématiques liées aux mêmes enjeux, ces ateliers ont pour intérêt de montrer et valoriser les innovations des acteurs non-étatiques du climat, à la fois au niveau local et international. Près de 80 ateliers, réunissant plus de 300 contributions, sélectionnées dans le cadre de l’appel à contribution lancé par l’Association Climate Chance, se dérouleront tout au long des trois jours du Sommet.
Au total, 14 thématiques ont été retenues : adaptation et résilience ; forêt et biodiversité ;
mobilité et transports ; océan et littoral ; culture et climat ; planification territoriale ;
éducation, mobilisation et sensibilisation ;
agriculture ; énergie: production, accès, consommation ; habitat durable ; financement climat ; eau et climat ; coopération décentralisée et partenariats ; transition écologique et emplois.

Un sommet qui s’inscrit dans une dynamique internationale engagée et reconnue

Cette deuxième édition de Climate Chance constitue une étape importante avant le «Dialogue de facilitation», grand rendez-vous des Etats parties en 2018 dont l’objectif est de faire état de leur ambition par rapport aux objectifs fixés par l’Accord de Paris.

Poursuivant la dynamique de dialogue multi-acteurs engagée depuis le Sommet mondial Climat & Territoires de Lyon (2015) et après le succès de la 1ère édition du Sommet Climate Chance à Nantes (2016), l’édition 2017 est le reflet de cette mobilisation en proposant un lieu de dialogue et de synergies et un lieu de convergence entre les différents événements autour du climat.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *